"Le nombre total de passagers aériens internationaux pourrait diminuer de 1,2 milliard d'ici à septembre 2020", a indiqué l'institution onusienne dans un communiqué. "La réduction la plus importante du nombre de passagers devrait se situer en Europe, surtout pendant la saison haute en été, suivie par l'Asie-Pacifique", a-t-elle précisé.

La capacité des compagnies aériennes pourrait également être fortement réduite, ce qui entraînerait une baisse des revenus de ces compagnies de 160 à 253 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l'année.

En février, lorsque la pandémie semblait encore se concentrer en Chine, l'Organisation avait estimé que l'épidémie du nouveau coronavirus avait projeté une "réduction potentielle de 4 à 5 milliards de dollars" de revenus pour les compagnies aériennes du monde.

"Le nombre total de passagers aériens internationaux pourrait diminuer de 1,2 milliard d'ici à septembre 2020", a indiqué l'institution onusienne dans un communiqué. "La réduction la plus importante du nombre de passagers devrait se situer en Europe, surtout pendant la saison haute en été, suivie par l'Asie-Pacifique", a-t-elle précisé.La capacité des compagnies aériennes pourrait également être fortement réduite, ce qui entraînerait une baisse des revenus de ces compagnies de 160 à 253 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l'année.En février, lorsque la pandémie semblait encore se concentrer en Chine, l'Organisation avait estimé que l'épidémie du nouveau coronavirus avait projeté une "réduction potentielle de 4 à 5 milliards de dollars" de revenus pour les compagnies aériennes du monde.