En 2020, des crues d'une rare violence avaient dévasté plusieurs régions dans l'arrière pays de Nice et de Menton, faisant dix morts et huit disparus côté français, notamment dans la vallée de la Roya. Le nord de l'Italie avait également été touché.

Détruit par le déluge, le tunnel de Tende qui permettait de relier par la route en toutes saisons cette ville française à Limone, station de ski italienne, ne rouvrira pas avant 2023. La route des "50 lacets" n'est, elle, accessible qu'en été.

., Getty Images
. © Getty Images

En hiver, le train est donc désormais le seul axe de communication entre ces régions française et italienne.

Pour Jean-Pierre Vassalo, maire de Tende, "le seul côté positif de la tempête Alex de 2020, c'est qu'on s'est aperçu que le train est indispensable pour la Roya mais aussi pour toute la région: c'est le cordon ombilical entre le Piémont italien, la Côte d'Azur et Monaco".

Lac des Mesches près de Tende, Belga Images
Lac des Mesches près de Tende © Belga Images

Un temps menacé, le train, qui a permis d'acheminer des centaines de tonnes de vivres aux sinistrés de la Roya depuis la côte, s'est révélé, après l'hélicoptère, le seul moyen de communication au lendemain de la catastrophe.

Avant de s'interrompre en décembre 2020 pour plusieurs mois, en raison de la fragilité d'un pont à arcatures à Fontan.

Mais désormais le Train des neiges, qui permet d'aller à Limone, puis de poursuivre dans un autre train jusqu'à la ville italienne de Cuneo, circule de nouveau, à raison de six rotations par jour, gratuites.

A Limone, station historique de sports d'hiver de 1.500 habitants et aux 80 km de pistes où, grâce au train, l'on skie depuis le début du XXe siècle, des navettes de bus déposent ensuite les passagers au pied des pistes.

"Sourire après une année morte"

"On retrouve le sourire après une année morte", se réjouit Luc Fioretti, responsable de l'Ecole de ski de Tende et commerçant à Saint-Dalmas-de-Tende. Croisé dans la petite gare de Tende, il ramène ce jour-là d'Italie une quinzaine de jeunes skieurs, dont sa fille Anaïs.

Train des neiges arrivé en gare de Tende, Belga Images
Train des neiges arrivé en gare de Tende © Belga Images

Même soulagement pour la principale du collège Saint-Dalmas-de-Tende, Pascale Pillant: "Non seulement la vingtaine d'élèves de la section ski peuvent retourner deux fois par semaine à Limone, mais surtout cela permet à certains de mes enseignants de retrouver une vie plus normale".

Car une dizaine d'entre eux vivent en Italie, à Cuneo notamment, et devaient jusqu'alors arriver très tôt le matin ou rentrer très tard le soir, en raison de la rareté des trains aux horaires d'été.

Traditionnellement, les touristes ou propriétaires de résidences secondaires qui viennent de la Côte d'Azur, empruntent ce Train des neiges pour aller skier à la journée dans la station italienne. Mais, l'an passé, les volets des résidences secondaires sont restés pour la plupart clos.

"Le Train des neiges doit continuer, et même au-delà de l'hiver, avec les mêmes fréquences", plaide M. Vassalo. Pour le maire de cette commune rattachée à la France seulement en 1947, "il est indispensable que Limone ne perde pas cette clientèle venue de France, car si elle la perd c'est foutu non seulement pour Limone mais aussi pour la vallée de la Roya".

Train à l'approche à Tende, Belga
Train à l'approche à Tende © Belga

Mais le caractère transfrontalier de la ligne complique sa gestion. Détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été reconstruite par l'Italie au titre des dommages de guerre. Depuis lors, Rome prend aussi en charge l'entretien de la voie, sur laquelle circulent à la fois des trains italiens et français.

Une nouvelle convention a été signée récemment entre les deux pays pour simplifier l'exploitation. De plus, dans le cadre de plans d'action régionaux en France, 256 millions d'euros vont être investis sur la seule ligne reliant Nice à Breil et Tende.

Ce qui permettra de "désenclaver, à la fois pour les voyageurs et pour le fret", explique à l'AFP le vice-président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Jean-Pierre Serrus.

En 2020, des crues d'une rare violence avaient dévasté plusieurs régions dans l'arrière pays de Nice et de Menton, faisant dix morts et huit disparus côté français, notamment dans la vallée de la Roya. Le nord de l'Italie avait également été touché.Détruit par le déluge, le tunnel de Tende qui permettait de relier par la route en toutes saisons cette ville française à Limone, station de ski italienne, ne rouvrira pas avant 2023. La route des "50 lacets" n'est, elle, accessible qu'en été.En hiver, le train est donc désormais le seul axe de communication entre ces régions française et italienne. Pour Jean-Pierre Vassalo, maire de Tende, "le seul côté positif de la tempête Alex de 2020, c'est qu'on s'est aperçu que le train est indispensable pour la Roya mais aussi pour toute la région: c'est le cordon ombilical entre le Piémont italien, la Côte d'Azur et Monaco".Un temps menacé, le train, qui a permis d'acheminer des centaines de tonnes de vivres aux sinistrés de la Roya depuis la côte, s'est révélé, après l'hélicoptère, le seul moyen de communication au lendemain de la catastrophe. Avant de s'interrompre en décembre 2020 pour plusieurs mois, en raison de la fragilité d'un pont à arcatures à Fontan.Mais désormais le Train des neiges, qui permet d'aller à Limone, puis de poursuivre dans un autre train jusqu'à la ville italienne de Cuneo, circule de nouveau, à raison de six rotations par jour, gratuites. A Limone, station historique de sports d'hiver de 1.500 habitants et aux 80 km de pistes où, grâce au train, l'on skie depuis le début du XXe siècle, des navettes de bus déposent ensuite les passagers au pied des pistes."On retrouve le sourire après une année morte", se réjouit Luc Fioretti, responsable de l'Ecole de ski de Tende et commerçant à Saint-Dalmas-de-Tende. Croisé dans la petite gare de Tende, il ramène ce jour-là d'Italie une quinzaine de jeunes skieurs, dont sa fille Anaïs.Même soulagement pour la principale du collège Saint-Dalmas-de-Tende, Pascale Pillant: "Non seulement la vingtaine d'élèves de la section ski peuvent retourner deux fois par semaine à Limone, mais surtout cela permet à certains de mes enseignants de retrouver une vie plus normale". Car une dizaine d'entre eux vivent en Italie, à Cuneo notamment, et devaient jusqu'alors arriver très tôt le matin ou rentrer très tard le soir, en raison de la rareté des trains aux horaires d'été. Traditionnellement, les touristes ou propriétaires de résidences secondaires qui viennent de la Côte d'Azur, empruntent ce Train des neiges pour aller skier à la journée dans la station italienne. Mais, l'an passé, les volets des résidences secondaires sont restés pour la plupart clos."Le Train des neiges doit continuer, et même au-delà de l'hiver, avec les mêmes fréquences", plaide M. Vassalo. Pour le maire de cette commune rattachée à la France seulement en 1947, "il est indispensable que Limone ne perde pas cette clientèle venue de France, car si elle la perd c'est foutu non seulement pour Limone mais aussi pour la vallée de la Roya".Mais le caractère transfrontalier de la ligne complique sa gestion. Détruite pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a été reconstruite par l'Italie au titre des dommages de guerre. Depuis lors, Rome prend aussi en charge l'entretien de la voie, sur laquelle circulent à la fois des trains italiens et français.Une nouvelle convention a été signée récemment entre les deux pays pour simplifier l'exploitation. De plus, dans le cadre de plans d'action régionaux en France, 256 millions d'euros vont être investis sur la seule ligne reliant Nice à Breil et Tende.Ce qui permettra de "désenclaver, à la fois pour les voyageurs et pour le fret", explique à l'AFP le vice-président de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur Jean-Pierre Serrus.