Dans le monde, la barre des 30 millions de croisiéristes devrait être franchie en 2019. Une hausse de l'activité qui inquiète au niveau environnemental.

"Les navires sont de plus en plus équipés de systèmes 'EGCS', soit des filtres qui éliminent 98% des émissions de soufre et 50% de particules fines. A l'heure actuelle, 68% des bateaux en sont équipés", affirme Nikos Mertzanidis, manager en affaires européennes de Clia. Les carburants alternatifs seraient également plus utilisés par les armateurs. "44% des nouveaux navires peuvent voguer au gaz naturel liquéfié (GNL). Le problème est d'en trouver en Europe", poursuit M. Mertzanidis.

L'alimentation électrique à quai est une autre piste à explorer, mais peu de ports sont équipés de l'infrastructure nécessaire. Sur le continent, il n'y en a actuellement que deux: Hambourg en Allemagne et Kristiansand en Norvège. Dans le cas des navires de croisière, ce système est totalement différent de celui des cargos, précise Nikos Mertzanidis.

Selon la fédération, le secteur a déjà investi 20 milliards d'euros afin de réduire sa lourde empreinte environnementale.