Sur la période allant du 9 au 15 mars, les hôtels disposant d'un restaurant ont accusé une baisse de 78,4% des réservations tandis que les établissements hôteliers sans restaurant ont connu une chute de 81,3% des réservations.

Par ailleurs, les hôtels avec restaurant affichaient un taux d'occupation de 24% et ceux sans restaurant de 35%, selon des données relayés par le porte-parole de la ministre wallonne du Tourisme et basées sur 148 hôtels sondés.

La pandémie de nouveau coronavirus a provoqué la fermeture des bars et restaurants depuis le 14 mars à minuit tandis que des mesures de confinement plus strictes sont entrées en vigueur le mercredi 18 mars.

Les restaurants dans les hôtels ont dû fermer et seul un service en chambre est encore autorisé. Les rassemblements sont interdits.

De son côté, la Fédération Horeca Wallonie dresse un portrait sombre du secteur, soulignant que plusieurs de ses membres craignent pour la relance car ils comptent "beaucoup d'annulations pour les mois de mai et juin".

La relance est estimée vers juillet-août. "Tout le monde va fermer cette semaine, les gens qui étaient encore à l'hôtel n'étaient pas des touristes mais plutôt des hommes d'affaires. Les entreprises ferment les unes après les autres", diminuant un taux d'occupation qui était déjà fort bas, pointe Pierre Poriau, secrétaire général d'Horeca Wallonie.

Sur la période allant du 9 au 15 mars, les hôtels disposant d'un restaurant ont accusé une baisse de 78,4% des réservations tandis que les établissements hôteliers sans restaurant ont connu une chute de 81,3% des réservations. Par ailleurs, les hôtels avec restaurant affichaient un taux d'occupation de 24% et ceux sans restaurant de 35%, selon des données relayés par le porte-parole de la ministre wallonne du Tourisme et basées sur 148 hôtels sondés. La pandémie de nouveau coronavirus a provoqué la fermeture des bars et restaurants depuis le 14 mars à minuit tandis que des mesures de confinement plus strictes sont entrées en vigueur le mercredi 18 mars. Les restaurants dans les hôtels ont dû fermer et seul un service en chambre est encore autorisé. Les rassemblements sont interdits. De son côté, la Fédération Horeca Wallonie dresse un portrait sombre du secteur, soulignant que plusieurs de ses membres craignent pour la relance car ils comptent "beaucoup d'annulations pour les mois de mai et juin". La relance est estimée vers juillet-août. "Tout le monde va fermer cette semaine, les gens qui étaient encore à l'hôtel n'étaient pas des touristes mais plutôt des hommes d'affaires. Les entreprises ferment les unes après les autres", diminuant un taux d'occupation qui était déjà fort bas, pointe Pierre Poriau, secrétaire général d'Horeca Wallonie.