Selon l'enquête, les vacanciers belges ont été 18% à rester en Belgique. La France (28%) et les Pays-Bas sont les destinations les plus populaires. L'Espagne dégringole de 14 à 1,75%.

Le secteur du voyage a été lourdement touché par la crise du coronavirus et la crainte d'une seconde vague inquiète encore les acteurs du tourisme. "En septembre, on a observé une baisse de pas moins de 51% des réservations par rapport à l'an dernier", a expliqué Pierre Fivet de l'ABTO. "Il s'agit de toutes les réservations via organisations de voyages ou par les gens eux-mêmes. Les pays voisins sont devenus plus populaires alors que les séjours vers l'Espagne se sont écroulés."

L'avion n'est plus le moyen de transport favori. Il passe de 49% en septembre 2019 à 31% cette année et cède sa place à la voiture, qui grimpe de 34 à 55%.

L'ABTO redoute des conséquences encore plus difficiles pour les professionnels des voyages ces prochains mois. "C'est pourquoi nous plaidons une nouvelle fois pour un système de code de couleurs uniforme à l'échelle européenne. Cela nous donnerait une perspective unique", dit-il.

Les chiffres en baisse ont de graves conséquences sur le chiffre d'affaires du secteur. "Fin septembre, toutes les agences de voyages du pays avaient perdu 5,2 milliards d'euros par rapport à l'an dernier", explique Koen van den Bosch, CEO de l'Association flamande des agences de voyages. "Nous prévoyons une perte de 6,4 milliards à la fin de l'année. Cela signifierait une perte de chiffre d'affaires de 90% par rapport à l'année 2019."

Selon l'enquête, les vacanciers belges ont été 18% à rester en Belgique. La France (28%) et les Pays-Bas sont les destinations les plus populaires. L'Espagne dégringole de 14 à 1,75%. Le secteur du voyage a été lourdement touché par la crise du coronavirus et la crainte d'une seconde vague inquiète encore les acteurs du tourisme. "En septembre, on a observé une baisse de pas moins de 51% des réservations par rapport à l'an dernier", a expliqué Pierre Fivet de l'ABTO. "Il s'agit de toutes les réservations via organisations de voyages ou par les gens eux-mêmes. Les pays voisins sont devenus plus populaires alors que les séjours vers l'Espagne se sont écroulés." L'avion n'est plus le moyen de transport favori. Il passe de 49% en septembre 2019 à 31% cette année et cède sa place à la voiture, qui grimpe de 34 à 55%. L'ABTO redoute des conséquences encore plus difficiles pour les professionnels des voyages ces prochains mois. "C'est pourquoi nous plaidons une nouvelle fois pour un système de code de couleurs uniforme à l'échelle européenne. Cela nous donnerait une perspective unique", dit-il. Les chiffres en baisse ont de graves conséquences sur le chiffre d'affaires du secteur. "Fin septembre, toutes les agences de voyages du pays avaient perdu 5,2 milliards d'euros par rapport à l'an dernier", explique Koen van den Bosch, CEO de l'Association flamande des agences de voyages. "Nous prévoyons une perte de 6,4 milliards à la fin de l'année. Cela signifierait une perte de chiffre d'affaires de 90% par rapport à l'année 2019."