Les retrouvailles avec Tian Bao et Sungai se rapprochent pour les amateurs du parc hennuyer. Mais si le panda géant et le petit orang-outang de Sumatra sont considérés par beaucoup comme les stars des mondes de Pairi Daiza, ils pourraient se faire voler la vedette par les nombreux nouveaux petits pensionnaires à avoir vu le jour pendant la fermeture hivernale. Parmi ceux-ci on retrouvera trois dromadaires, un saki, un kanchil, des takins dorés, un manchot du cap, ou encore un petit éléphant d'Asie, sans parler des espèces marines venues grossir en nombre la population des aquariums. De plus, un autre éléphanteau d'Asie et deux rhinocéros blancs devraient également pointer le bout de leurs cornes et défenses au cours de l'année. D'autres individus nés ailleurs ont aussi rejoint Brugelette ces derniers temps: des gorilles de plaines de l'ouest, des koalas, un oryx, des alligators... Mais les nouveautés de Pairi Daiza seront également à découvrir ailleurs; un nouveau monde viendra agrandir le jardin au cours du printemps: la Dernière frontière. Sur ses huit hectares, les promeneurs se retrouveront dans un décor rappelant la Colombie britannique et pourront séjourner dans différents types de logements (hôtel et maisons) au coeur de la population faite d'ours bruns et noirs, de loups, de daims, de castors, d'otaries... Pairi Daiza, qui fermera ses portes comme d'habitude le 11 novembre, les rouvrira un petit mois plus tard et sera accessible dans une ambiance de Noël du 14 décembre au 5 janvier 2020. Après 25 ans d'existence, le parc reviendra également aux racines de Paradisio et investira en 2019 3 millions d'euros dans un centre de reproduction des oiseaux rares. Le centre de 700 mètres carrés sera entièrement dédié à la reproduction d'espèces menacées d'extinction

© Belga