Pendant quatre semaines, le sous-marin offrira aux curieux une vue à 180 degrés sur le récif coralien pour la "modique" somme de 1.500 dollars australiens (925 euros). Le "scUber", issu d'un partenariat entre Uber et l'office du tourisme de Queensland, fait partie de l'initiative "Protect Barry", qui entend montrer aux touristes que la Grande barrière vaut encore le coup d'oeil malgré le blanchiment du corail. La surpêche, le réchauffement climatique et l'exploitation minière ont en effet grandement dégradé le récif.

Au début du mois d'avril, le très controversé projet de mine de charbon géante du conglomérat indien Adani, situé près de la Grande barrière de corail australienne, a d'ailleurs été formellement approuvé par le gouvernement conservateur. Les quelque deux millions de touristes annuels ont également leur part de responsabilité dans le déclin de la vie sur cette barrière marine naturelle. Mais le sous-marin n'aura aucun impact négatif sur le récif, assure Uber. P

our chaque réservation, l'entreprise annonce qu'elle versera une partie de la somme à l'organisation de défense de l'environnement Citizens of the Great Barrier Reef, qui s'applique à conserver le récif.