Pour les quatre membres du groupe folklorique Slavcek ("Petit Rossignol"), c'est aussi un instant de gloire: les voilà à l'honneur dans la petite ville de 5.000 habitants où a vu le jour et a grandi la troisième épouse de Donald Trump.

Sous la bannière étoilée américaine hissée pour l'occasion aux côtés des drapeaux européen et slovène, devant le Café central, près de la gare, les musiciens entonnent la chanson composée cet été pour l'enfant du pays: "De Sevnica droit vers le sommet du monde, parce qu'elle a eu du flair pour le mari parfait (...)".

L'ancien mannequin Melania Knavs, 46 ans, est née et a passé son enfance dans cette ville alors située en ex-Yougoslavie communiste, à une centaine de kilomètres de Ljubljana, la capitale.

Svenica, ville natale de la nouvelle First Lady, en Slovénie, Flickr / Brian King
Svenica, ville natale de la nouvelle First Lady, en Slovénie © Flickr / Brian King

Le fabuleux destin de Melania, qui n'est pas revenue depuis des années dans cette Slovénie dont elle a gardé l'accent, semble cependant inspirer de la réserve à la plupart des habitants de cette bourgade dominée par un petit château médiéval aussi immaculé que la Maison blanche.

Ils n'étaient qu'une cinquantaine, au maximum, à s'être retrouvés au Café central pour célébrer la victoire du républicain Donald Trump à la présidentielle américaine. "Bravo, bravo, on a gagné!", a lancé un homme à la petite assemblée qui a porté un toast matinal au nouveau président américain et à son épouse.

Au café, à Svenica, on fête la victoire de Melania, Reuters
Au café, à Svenica, on fête la victoire de Melania © Reuters

Durant la campagne, Melania Trump a opté pour une présence discrète, cherchant à humaniser son impulsif de mari, de 24 ans son aîné.

Reconnaissance internationale

"La campagne de Donald Trump a déjà été bénéfique pour Sevnica, les journalistes ont fondu sur la ville. Je suis convaincu que les choses ne pourront aller que mieux maintenant", veut croire Janko Rezec, l'un des clients du café qui se présente comme un ami du père de Melania Trump. Les parents de Melania se partagent entre New York et leur pavillon de Sevnica. "D'une certaine manière, la Slovénie a une maintenant une Première dame", a réagi le Premier ministre centriste Miro Cerar, espérant que Trump puisse être désormais "mieux informé des événements en Slovénie", petit pays de deux millions d'habitants.

Reuters
© Reuters

La victoire de Donald Trump est "très importante pour nous car nous sommes un petit pays d'Europe centrale, Sevnica est une petite ville et des événements comme celui-ci contribuent à notre reconnaissance internationale", s'est réjoui le maire Srecko Ocvirk.

Ce dernier n'avait pas ménagé sa peine, ces derniers mois, pour répondre aux sollicitations médiatiques et faire la promotion de sa commune.

En guise de poisson d'avril, sonnant comme un voeu déguisé, il avait annoncé que Donald et Melania Trump viendraient acheter le château de la ville et inaugurer une statue de madame.

Les médias slovènes se sont pris à imaginer une rue "Melania-Trump" à Sevnica voire un nouveau nom pour l'école de la ville dirigée par une ancienne camarade de classe de Mme Trump. Mais Valentina, une chômeuse de Sevnica âgée de 52 ans, tient cette excitation pour passagère: "Trump ne s'est jamais soucié de l'Europe, je ne suis pas sûr qu'elle (Melania) en tant que Slovène puisse l'influencer en notre faveur..."

Donald Trump ne semblait d'ailleurs guère séduire en Slovénie, où moins d'un quart des électeurs se disaient prêts à lui acorder leur suffrage, selon un sondage publié en octobre.

Pour les quatre membres du groupe folklorique Slavcek ("Petit Rossignol"), c'est aussi un instant de gloire: les voilà à l'honneur dans la petite ville de 5.000 habitants où a vu le jour et a grandi la troisième épouse de Donald Trump.Sous la bannière étoilée américaine hissée pour l'occasion aux côtés des drapeaux européen et slovène, devant le Café central, près de la gare, les musiciens entonnent la chanson composée cet été pour l'enfant du pays: "De Sevnica droit vers le sommet du monde, parce qu'elle a eu du flair pour le mari parfait (...)". L'ancien mannequin Melania Knavs, 46 ans, est née et a passé son enfance dans cette ville alors située en ex-Yougoslavie communiste, à une centaine de kilomètres de Ljubljana, la capitale.Le fabuleux destin de Melania, qui n'est pas revenue depuis des années dans cette Slovénie dont elle a gardé l'accent, semble cependant inspirer de la réserve à la plupart des habitants de cette bourgade dominée par un petit château médiéval aussi immaculé que la Maison blanche. Ils n'étaient qu'une cinquantaine, au maximum, à s'être retrouvés au Café central pour célébrer la victoire du républicain Donald Trump à la présidentielle américaine. "Bravo, bravo, on a gagné!", a lancé un homme à la petite assemblée qui a porté un toast matinal au nouveau président américain et à son épouse.Durant la campagne, Melania Trump a opté pour une présence discrète, cherchant à humaniser son impulsif de mari, de 24 ans son aîné.Reconnaissance internationale"La campagne de Donald Trump a déjà été bénéfique pour Sevnica, les journalistes ont fondu sur la ville. Je suis convaincu que les choses ne pourront aller que mieux maintenant", veut croire Janko Rezec, l'un des clients du café qui se présente comme un ami du père de Melania Trump. Les parents de Melania se partagent entre New York et leur pavillon de Sevnica. "D'une certaine manière, la Slovénie a une maintenant une Première dame", a réagi le Premier ministre centriste Miro Cerar, espérant que Trump puisse être désormais "mieux informé des événements en Slovénie", petit pays de deux millions d'habitants.La victoire de Donald Trump est "très importante pour nous car nous sommes un petit pays d'Europe centrale, Sevnica est une petite ville et des événements comme celui-ci contribuent à notre reconnaissance internationale", s'est réjoui le maire Srecko Ocvirk.Ce dernier n'avait pas ménagé sa peine, ces derniers mois, pour répondre aux sollicitations médiatiques et faire la promotion de sa commune.En guise de poisson d'avril, sonnant comme un voeu déguisé, il avait annoncé que Donald et Melania Trump viendraient acheter le château de la ville et inaugurer une statue de madame. Les médias slovènes se sont pris à imaginer une rue "Melania-Trump" à Sevnica voire un nouveau nom pour l'école de la ville dirigée par une ancienne camarade de classe de Mme Trump. Mais Valentina, une chômeuse de Sevnica âgée de 52 ans, tient cette excitation pour passagère: "Trump ne s'est jamais soucié de l'Europe, je ne suis pas sûr qu'elle (Melania) en tant que Slovène puisse l'influencer en notre faveur..."Donald Trump ne semblait d'ailleurs guère séduire en Slovénie, où moins d'un quart des électeurs se disaient prêts à lui acorder leur suffrage, selon un sondage publié en octobre.