Avec Murmli dans le Serfaus-Fiss-Ladis

L'accord de coopération reliant les trois villages de Serfaus, Fiss et Ladis dans les montagnes de l'Inntal, au Tyrol, a une solide réputation. Le domaine a d'ailleurs été couronné à plusieurs reprises au titre de région des Alpes la plus ouverte aux familles. À Serfaus, nous nous trouvons dans le plus élevé des trois villages. Un village presque entièrement piétonnier, ce qui lui vaut ses premiers bons points, délivrés cette fois par les parents. On s'y déplace à bord d'un authentique métro - un funiculaire souterrain - propulsé sur coussins d'air.
...

L'accord de coopération reliant les trois villages de Serfaus, Fiss et Ladis dans les montagnes de l'Inntal, au Tyrol, a une solide réputation. Le domaine a d'ailleurs été couronné à plusieurs reprises au titre de région des Alpes la plus ouverte aux familles. À Serfaus, nous nous trouvons dans le plus élevé des trois villages. Un village presque entièrement piétonnier, ce qui lui vaut ses premiers bons points, délivrés cette fois par les parents. On s'y déplace à bord d'un authentique métro - un funiculaire souterrain - propulsé sur coussins d'air. Aussitôt que nous posons un pied dans le Bär, l'hôtel pour enfants, le membre le plus jeune du jury laisse exploser son enthousiasme. Cet " hôtel de l'ours " et son copain " Löwe " sont des paradis de luxe pour les enfants. Nous découvrons la piscine intérieure et extérieure avec toboggan, un énorme terrain de jeux intérieur, de vastes chambres avec un coin réservé aux enfants, un buffet très copieux calqué sur leurs goûts, des animations, une garderie... Nous n'avons pas encore parcouru le moindre mètre dans la neige et vivons déjà un début de vacances extrêmement réussi. Pour les parents également : les chambres sont équipées d'un babyphone fonctionnant à merveille, ce qui permet de ne pas avoir à passer les soirées dans la chambre pour veiller sur le sommeil des petits. Le temps est venu pour le membre le plus jeune de notre jury - une petite fille de 3 ans - de faire ses premiers pas dans la neige. Le système de location de skis et de matériel est parfait. Le castor géant Murmli attend les enfants. Une monitrice fait le reste sur le Kinderschneealm, l'alpage enneigé pour enfants. Les larmes cèdent vite la place à de timides sourires. Les plus jeunes, les Mimi-Murmlis, apprennent en jouant les premières techniques du ski. Ce ne sont que danses et chansons. Et frites, que l'on dévore dans les restaurants übercool du Kinderschneealm. Village féerique, parcs animaliers, dinosaures, ours et castors endormis, petits tunnels, parcs de jeux d'hiver, scooters de neige... Serfaus-Fiss-Ladis se révèle comme un domaine skiable ensorcelant qui enchante les tout-petits comme les adultes. Avec plus de 125 000 m2 réservés aux enfants, il est impossible de s'ennuyer une seule seconde. Dès que l'on devient plus grand et que l'on peut skier ou faire du snowboard, la magie et les possibilités se multiplient encore. Le verdict est uniformément positif : un vrai paradis pour enfants de tous âges. Et ce n'est pas tout : Serfaus-Fiss-Ladis est aussi un vaste domaine skiable moderne et parfaitement entretenu. Vivement recommandé ! Un magicien qui apprend aux enfants à skier ? Dans les trois pays des merveilles de Laax Flims Falera, le magicien Ami Sabi raconte des histoires merveilleuses. Et en plus, il apprend aux enfants à skier ! Ami Sabi est l'ami des animaux et des bois. Ces trois merveilleuses stations de sports d'hiver abritent tout ce dont peuvent rêver les jeunes aventuriers. La petite fille va-t-elle comprendre tout ce qu'évoquent les récits des magiciens ? Ce n'est peut-être pas évident, sa connaissance de l'allemand se limitant à " Apfelsaft ", mais au vu de son babillage enthousiaste, elle est totalement subjuguée par cette aventure. Elle se bat contre des dragons et savoure plus d'anecdotes qu'elle ne l'aurait jamais cru possible. Même sans comprendre tout, on peut voir la magie opérer dans ses grands yeux émerveillés. On évoque des tapis volants et les repas sont préparés dans des chaudrons de sorcière. Le soir, nous bénéficions d'animations dans un village branché et de délicieux repas dans un des nombreux restaurants de qualité où le menu " enfants " nous emmène bien plus loin que le traditionnel " chicken nuggets frites ". Tout ce merveilleux nous amène à former de futurs champions de ski. Comme on skie de mieux en mieux, on abandonne bientôt les pistes d'exercices pour aller, grâce aux pistes bleues, à la découverte d'une partie du domaine skiable. Et là, on arrive bien vite à Laax, dans ce parc d'attractions fantastique où les freestylers les plus réputés font état de leur savoir-faire. Les grands yeux sont encore plus brillants qu'en écoutant les récits féeriques. Par contre, maman et papa frémissent devant la perspective de jambes cassées. Après tout, mieux vaut encore combattre le dragon ! Les trois régions enneigées magiques de Laax Flims Falera ont convaincu le jeune jury. La combinaison d'histoires fantastiques et d'apprentissage ludique du ski semblent remporter un grand succès. Le fait que nous partions pour la montagne la plus élevée d'Allemagne ravive le plaisir des sports d'hiver. Et suscite l'inévitable question : " Puis-je aussi descendre à ski de cette haute montagne ? " La question reste temporairement sans réponse. Avec ses 2 962 m, la Zugspitze s'impose donc comme la montagne la plus haute d'Allemagne. Elle chevauche la frontière avec l'Autriche. La Zugspitz-Arena comporte 6 petites stations de sports d'hiver mais non reliées par des cabines ou des pistes. Un service de bus rapide et régulier garantit un transport idéal. Les villages s'avèrent charmants et authentiques et, avantage supplémentaire, il ne faut pas rouler longtemps pour passer d'une station à une autre. Ce qui n'est pas négligeable quand on a un jeune skieur hyperactif. Ne comptez pas sur des centaines de kilomètres de pistes, les stations restent relativement petites mais les enfants n'ont nul besoin de nombre de km qui ne servent souvent qu'à accroître le prix du forfait. Nous avons choisi deux petites stations pour les soumettre au jugement de notre jury d'enfants. Tout d'abord, l'Ehrwalder Alm. À la hauteur de la Tirolerhaus, nos voies se séparent : les plus jeunes ont des cours de ski alors que les parents se lancent sur de belles pistes très bien entretenues et variées. L'Ehrwalder Alm est petit et agréable, nous rencontrons régulièrement les enfants pendant leurs cours. Le lunch dans une magnifique Tirolerhaus nous comble littéralement. La garderie et la salle de jeux affichent un véritable luxe pour les enfants et nous devons faire preuve de conviction pour les en faire sortir. Nous passons les après-midis ensemble sur les pistes, un maximum de bleues où les enfants skient de mieux en mieux. Cette montagne la plus élevée représente une excellente motivation. Lermoos-Grubigstein est notre prochain objectif. À Grubigstein, le trajet de télécabine le plus court du monde nous dépose sur la piste d'entraînement. Mais ce type de pistes ne leur suffit plus : ils veulent skier pour de vrai, aussitôt dit aussitôt fait. Le domaine skiable est petit et très agréable, les équipements destinés aux enfants impressionnent. Les pistes bleues semblent parfaitement leur convenir, il y en a une à Zugspitzplatt. C'est de nouveau l'excitation à l'idée de nous rendre enfin au plus haut sommet d'Allemagne. Ce sera la conclusion bien méritée d'une découverte extrêmement réussie dans un domaine skiable à la fois très beau et bien pensé pour les enfants. Entre-temps, nous avons échangé le petit siège d'enfant contre un plus grand. En comparaison avec la première fois sur les petites lattes de Serfaus-Fiss-Ladis, nous avons maintenant une fillette hardie qui maîtrise très bien la technique des courbes et pour laquelle les pistes bleues ne sont plus qu'un défi mineur. Il est temps de monter d'un cran et nous trouvons aux Menuires une offre très complète de pistes bleues. Dans cette vaste station, une piste bleue part du sommet de chacune des montagnes. On peut dès lors parler déjà de ski " sur de vraies et hautes montagnes ". Les Menuires, au coeur des Trois Vallées, compte 10 villages et 600 km de pistes. La région est entièrement dédiée aux sports d'hiver. Cela n'en fait pas vraiment le village le plus authentique mais permet, où que l'on se trouve, de sortir de son appartement ou de son hôtel " les pieds sur la piste ". Les Menuires ont été sélectionnées par le Telegraph Group's World Snow Awards comme le domaine skiable familial de l'année. Je me demande si notre propre jury, avec ses critères souvent déroutants, va être du même avis. La première leçon de ski de la semaine n'est franchement pas un succès. Il y a beaucoup trop d'enfants pendant cette première semaine de vacances de Pâques et tout contact avec le prof de ski a déjà disparu au moment de quitter la cabine. Le lendemain, notre fille se colle à " son " moniteur de ski et nous retrouvons après la leçon une skieuse au large sourire. Skier en parallèle est le nouvel objectif. Si vous pensez que les enfants sont fatigués au terme d'une matinée, nous vous invitons à vous joindre à nous ! Nous skions sur les pistes bleues impeccablement équipées du très beau domaine. La vitesse augmente, on étudie ensemble le trajet, on prend des selfies. Si nous croisons un bout de piste rouge, nous l'abordons avec le sourire. Ces skis et ces chaussures, on ne les quitte plus. Quoique ? Le Speed Mountain est une pente spectaculaire et rapide dans un traîneau sur rails. Vitesse et adrénaline au programme. On ne compte plus les descentes... Dans le village voisin de Val Thorens, il existe une piste de luge de 7 km. Nous ne demandons qu'à nous laisser séduire. Sans oublier l'objectif principal de cette semaine - une étoile, ou autre évaluation, de l'école de ski française est remise par le professeur. Ce soir, la fondue au fromage n'en sera que meilleure. Jurgen Groenwals