L'économiste britannique Piga a analysé les prix des vols proposés par des compagnies aériennes low-cost. Il a remarqué que les passagers qui réservaient leur voyage plus de sept semaines à l'avance payaient davantage. Cet expert de la Keele University a aussi remarqué que les prix étaient majorés de 50 à 75 pour cent les derniers jours précédant le départ, ce qui démontre qu'il n'est pas si intéressant de réserver un vol en dernière minute.

Piga avance que les compagnies low-cost savent pertinemment bien que certaines personnes réserveront tôt leur voyage, car elles doivent se déplacer un jour précis. Et afin d'empêcher que les voyageurs ne réservent leur vol en last minute, les compagnies font savoir qu'elles appliqueront des coûts supplémentaires. Selon l'économiste, les prix affichés par les compagnies à bas prix peuvent être présentés suivant un graphique en U. La personne qui réserve très à l'avance paie le prix plein, ce tarif descend progressivement jusqu'à atteindre son plus bas niveau environ dix jours avant le départ et remonte ensuite fortement jusqu'au jour du décollage.

"Désespérément imprécis"

Piga a aussi remarqué que le prix des places d'avion augmentaient de l'ordre de 3 pour cent à chaque fois qu'un siège était réservé. Dans le Sunday Times, Ryanair a considéré cette étude comme "désespérément imprécise". "Les places au tarif le plus bas sont vendues selon le principe du "premier arrivé, premier servi" et leur prix n'augmente que lorsque le tarif le plus bas est épuisé, soit 6 mois avant que l'avion ne décolle" a déclaré la compagnie aérienne low cost irlandaise. Piga a présenté récemment ses analyses au congrès de la Royal Economic Society de Manchester.

L'économiste britannique Piga a analysé les prix des vols proposés par des compagnies aériennes low-cost. Il a remarqué que les passagers qui réservaient leur voyage plus de sept semaines à l'avance payaient davantage. Cet expert de la Keele University a aussi remarqué que les prix étaient majorés de 50 à 75 pour cent les derniers jours précédant le départ, ce qui démontre qu'il n'est pas si intéressant de réserver un vol en dernière minute. Piga avance que les compagnies low-cost savent pertinemment bien que certaines personnes réserveront tôt leur voyage, car elles doivent se déplacer un jour précis. Et afin d'empêcher que les voyageurs ne réservent leur vol en last minute, les compagnies font savoir qu'elles appliqueront des coûts supplémentaires. Selon l'économiste, les prix affichés par les compagnies à bas prix peuvent être présentés suivant un graphique en U. La personne qui réserve très à l'avance paie le prix plein, ce tarif descend progressivement jusqu'à atteindre son plus bas niveau environ dix jours avant le départ et remonte ensuite fortement jusqu'au jour du décollage. Piga a aussi remarqué que le prix des places d'avion augmentaient de l'ordre de 3 pour cent à chaque fois qu'un siège était réservé. Dans le Sunday Times, Ryanair a considéré cette étude comme "désespérément imprécise". "Les places au tarif le plus bas sont vendues selon le principe du "premier arrivé, premier servi" et leur prix n'augmente que lorsque le tarif le plus bas est épuisé, soit 6 mois avant que l'avion ne décolle" a déclaré la compagnie aérienne low cost irlandaise. Piga a présenté récemment ses analyses au congrès de la Royal Economic Society de Manchester.