Dans ce document, les deux instances observent que le coronavirus est actuellement largement répandu en Europe, ce qui fait que les voyageurs intra-européens (Grande-Bretagne comprise) ne sont pas susceptibles d'augmenter de manière significative la propagation du virus.

Sauf s'ils ont été en contact récent avec un cas positif, ces voyageurs ne devraient donc pas être considérés ni traités comme une population à haut risque. L'Europe ne recommande donc pas de test ou de quarantaine systématique, mais plutôt de soumettre les voyageurs aux mêmes règles que la population locale.

Dans ce document, les deux instances observent que le coronavirus est actuellement largement répandu en Europe, ce qui fait que les voyageurs intra-européens (Grande-Bretagne comprise) ne sont pas susceptibles d'augmenter de manière significative la propagation du virus. Sauf s'ils ont été en contact récent avec un cas positif, ces voyageurs ne devraient donc pas être considérés ni traités comme une population à haut risque. L'Europe ne recommande donc pas de test ou de quarantaine systématique, mais plutôt de soumettre les voyageurs aux mêmes règles que la population locale.