Environ trois quarts des femmes qui utilisent un moyen de contraception prennent la pilule. Notre rédactrice, qui a été des années durant une authentique gobeuse de pilules, a décidé il y a plus d'un an de passer son tour. Voici son témoignage personnel. Spoiler : durant cette période, aucune grossesse en vue.

En avril 2016, j'ai décidé d'arrêter la pilule. Pas parce que je voulais des enfants, mais parce que je ne supportais plus les effets secondaires. D'autant plus qu'avaler chaque jour une pilule pour empêcher une semaine de "fertilité" me semblait de plus en plus absurde.

Lorsque, lors de mes recherches sur internet, je suis tombée sur une utilisatrice enthousiaste de Lady-Comp, je me suis dit que c'était peut-être cela la solution. La chose consiste en une sorte d'ordinateur de poche avec lequel on mesure chaque matin sa température et qui indique quelles sont les périodes à risque. Ce qui fait que l'on sait exactement quels jours on doit prendre ses précautions. Une variante moderne de l'abstinence périodique en quelque sorte.

Cette version, aidée par les nouvelles technologies, est néanmoins beaucoup plus fiable que celle qui était décrite avec horreur dans nos cours d'éducation sexuelle. Utilisé correctement, le système avance un taux de fiabilité de 99.3 %. Pratiquement le même taux que la pilule, qui oscille entre 99.1 et 99.9%. Il faut savoir que chaque moyen de contraception a un taux d'échec et que celui annoncé par cette méthode n'est pas beaucoup plus élevé que les autres.

Néanmoins, sauter le pas a provoqué quelques angoisses. Peu de monde autour de moi, pour ne rien dire sur les médecins consultés, avait entendu parler de cette méthode. Le sujet était également à peine abordé sur les sites d'informations sur les moyens de contraceptions. Pour moi, comme pour beaucoup, il n'y avait alors que la pilule qui existait comme moyen de contraception valable. Je n'aurais donc jamais osé tenter la chose si je n'étais pas dans une relation stable ou que j'excluais toute envie d'enfant.

Une confiance croissante

Après la lecture de quelques études, la confiance en la méthode grandit et je commence à mesurer ma température chaque matin. Le système m'apprend chaque jour davantage à mieux connaitre mon corps et les cillements de température de celui-ci. Il répartit les jours du cycle en période rouge, orange et verte.

© DR

Les périodes vertes étant celles où on ne risque rien. Les jours rouges étant ceux où, si l'on veut éviter une grossesse, on doit mettre des préservatifs. De même pour les jours orange où un risque subsiste.

Les mois passants, je gagne en confiance bien que l'appareil m'énerve toujours autant. L'écran de ce dernier est petit et le seul bouton d'accès n'est pas vraiment facile d'utilisation. Par ailleurs, on ne peut consulter ces données uniquement lorsque l'appareil est connecté à un portable (pas trop récent de préférence). Même alors, il n'affiche alors qu'un fichier Excel un peu cryptique. Le réveil qui rappelle de prendre sa température semble lui aussi provenir d'une autre époque. Cela faisait longtemps que je n'avais plus eu besoin d'un mode d'emploi pour comprendre un appareil électronique. Même si la méthode me convient rapidement, je vais durablement avoir du mal avec cet appareil qui coute pourtant plus de 400 euros.

Mon énervement envers l'appareil n'est rien comparé à celui de mon conjoint. Au point que celui-ci débarque un jour avec une liste longue comme le bras d'alternatives. Je comprends alors que Lady-Comp n'est pas la seule entreprise à proposer ce système. Après quelques recherches nous optons pour Natural Cycles. Il offre une application claire et facile d'utilisation. Ici aussi, la fiabilité est prometteuse. Utilisée correctement, seules 5 femmes sur 1000 tomberaient enceintes avec cette méthode.

© DR

Le terme "choisi à deux" utilisé plus haut n'est pas qu'une formule. La femme est celle qui prend sa température tous les matins, mais pour le reste c'est bien les deux partenaires qui sont responsables de la contraception en choisissant, ou non, des moyens de contraceptions supplémentaires. Et c'est aussi cela qui rend ce système si intéressant. Tout ne repose plus uniquement sur les épaules de la femme. Et l'homme en apprend un peu plus sur le cycle de la femme.

Avantages :

• Plus besoin d'ingérer une pilule tous les jours

• On en apprend beaucoup sur son corps et votre partenaire aussi

• Oublier un jour de prendre votre température n'est pas catastrophique. Cela casse un peu la beauté des stats, mais n'augmente pas les risques.

• Si vous souhaitez tout de même tomber enceinte, vos connaissez les jours ou vous êtes le plus fertile.

• Vous savez exactement où vous en êtes dans votre cycle.

• Le prix est raisonnable. Un abonnement d'un an à Natural Cycles (thermomètre compris) coûte 65 euros. Il existe aussi des applications gratuites comme Kindara of Clue (je les trouve cependant un peu moins faciles d'utilisation). Pour le modèle de base de Lady-Comp, il faut compter 415 euros, mais on peut le garder toute sa vie.

Inconvénients:

• La méthode demande une grande implication personnelle. On ne doit pas seulement prendre sa température tous les jours. Il faut aussi savoir tous les jours où on en est dans son cycle et avoir des préservatifs à disposition.

• C'est aussi pour cela que le fournisseur belge de Lady-Comp ne peut conseiller cette méthode aux jeunes filles qui n'ont pas encore assez d'assurance (sexuelle et autre).

• Il faut aussi un rythme de vie assez stable. Votre température varie si vous n'avez pas assez dormi ou que vous souffrez d'une gueule de bois. Dans ces circonstances, il vaut mieux ne pas perturber le système en lui transmettant des chiffres sous influences. Cela demande aussi une certaine connaissance de soi.

• Cette méthode n'est pas non plus conseillée pour les femmes qui ont des cycles très irréguliers.

• Cela ne protège pas contre les maladies sexuellement transmissibles.

• Les premiers rapports non protégés durant les jours "verts" sont effrayants. Il est conseillé de se laisser du temps pour s'habituer à la chose avant de se lancer sans filets.

• Chaque système a besoin de temps pour s'adapter au mieux à votre rythme. Un maximum de jours verts apparaît après trois mois.

Qu'en pensent les spécialistes ?

Petra De Sutter, chef de la médecine reproductive à l'hôpital universitaire de Gand:

"Tout contraceptif qui se base sur l'abstinence périodique, même aidé par la technologie moderne, a intrinsèquement plus de risques d'échec que la pilule ou le stérilet. Ce n'est pas grave pour les personnes qui peuvent accepter une grossesse si d'aventure elle se présente. Il est par contre faux de dire qu'on ferait mieux de tous arrêter la pilule ou le stérilet. Le nombre de grossesses non désirées exploserait. Il ne faut pas non plus oublier que beaucoup de gens utilisent mal les moyens de contraception. Les femmes qui oublient leur pilule peuvent aussi ovuler et tomber enceintes. Ce n'est pas le cas pour le stérilet où on ne doit plus y penser une fois qu'il est mis. Avec Natural Cycles aussi les risques seront plus grands s'il n'est pas utilisé correctement.

Pour résumer: pour les jeunes femmes, qui veulent réduire au maximum les risques de grossesses, la pilule et le stérilet restent la bonne option. S'il y a des accidents avec ces méthodes, c'est aussi souvent parce qu'on la prescrit parfois sans motifs ou sans donner beaucoup d'informations. Tout cela est, comme de coutume, une question infiniment nuancée.

Katrien Vermeire, travaille dans un centre de prévention pour les grossesses non désirée:

"Chaque corps est différent et la méthode citée demande une grande implication personnelle. C'est pour cela que je ne la trouve pas vraiment adéquate pour les plus jeunes. Il existe beaucoup de méthodes et nous ne pouvons les décrire toutes sur notre site. Si cette méthode ne s'y trouve pas, c'est un choix conscient, car il nous manque encore des études à plus large échelle qui nous prouvent la fiabilité de la méthode."