Eden

"Pour ce nouveau jus, j'avais l'idée d'un jardin anglais. Comme je ne les aime qu'un peu débridés, je ne trouvais pas mon bonheur. C'est à ce moment-là que j'ai découvert l'histoire d'un mystérieux jardin dont beaucoup de gens parlaient... sans jamais l'avoir vu! Situé en plein coeur de Venise, il avait appartenu à Frederic Eden - un Lord... anglais au nom prémédité pour un jour posséder un tel trésor - avant d'être cédé plus tard au peintre Friedensreich Hundertwasser qui l'avait littéralement laissé retourner à l'état sauvage. A sa mort, il est revenu à...

"Pour ce nouveau jus, j'avais l'idée d'un jardin anglais. Comme je ne les aime qu'un peu débridés, je ne trouvais pas mon bonheur. C'est à ce moment-là que j'ai découvert l'histoire d'un mystérieux jardin dont beaucoup de gens parlaient... sans jamais l'avoir vu! Situé en plein coeur de Venise, il avait appartenu à Frederic Eden - un Lord... anglais au nom prémédité pour un jour posséder un tel trésor - avant d'être cédé plus tard au peintre Friedensreich Hundertwasser qui l'avait littéralement laissé retourner à l'état sauvage. A sa mort, il est revenu à la fondation qui porte son nom. Sa porte en est toujours fermée! Mais j'ai eu le privilège de pouvoir à plusieurs reprises le visiter. Et de vous y emmener." "Ce jardin a eu plusieurs vies. N'ont survécu ici que les espèces qui étaient finalement véritablement en osmose avec le lieu. La première fois que j'ai poussé sa porte, c'était un 4 janvier, en hiver. Les racines y sont à fleur de sol, elles dessinent comme des lignes de la main. Elles m'ont inspiré des notes boisées particulières qu'il appartient à la poésie du parfumeur de recréer. En mai, les magnolias étaient en fleurs. En juin, les pittosporums qui longent la lagune dégageaient une odeur enveloppante de jasmin et de fleur d'oranger. En septembre, les pergolas étaient couvertes de vignes et de grappes de muscat rouge. Ce sont toutes ces notes que j'ai voulu enfermer dans un flacon." "A l'image du mur qui entoure le jardin aujourd'hui refermé à nouveau, le flacon a des accents ocre. Une couleur très présente dans Venise et que la lumière si particulière en ces lieux sublime comme nulle part ailleurs. N'est-ce d'ailleurs pas là qu'ont vécu les plus beaux roux du monde?" "La collection des Jardins, chez Hermès, entre toujours en résonance avec le thème de l'année, soit, en 2019, celui du Rêve. Ce jardin, j'en avais rêvé et il s'est matérialisé dans un parfum qui l'évoque au fil des saisons mais aussi au fil du temps. Je voulais qu'il reflète toutes ses vies et pas seulement celle d'aujourd'hui. J'ai pu voir sur des vieilles photos de Frederic Eden qu'il y avait sous les vignes des lis de la madone aujourd'hui disparus. Ils habitent aussi la fragrance qui restera comme une porte ouverte imaginaire sur un lieu à nouveau secret." "Des jardins à Venise, il y en a d'autres, mais ils sont organisés et enclavés au milieu des palais de la cité. Celui-ci est entouré pour moitié par la lagune, sa proximité a formaté sa flore à cause de la présence de sel dans son sol. Ici, on doit lever le nez pour sentir l'odeur des magnolias et des pittosporums, baignée par le parfum des embruns. Une note salée que l'on ressent nettement lorsque l'on hume le jus en toute tête. C'est délicat et présent à la fois."