Composé à plus de 60% d'eau, notre corps en élimine plus de deux litres par jour, notamment par la transpiration qui permet de réguler la température corporelle. Un processus complètement naturel et bon pour la santé, en dépit des petits désagréments qui l'accompagnent. On pense bien sûr aux taches de sueurs mais surtout aux mauvaises odeurs que l'on a tendance à combattre en utilisant un déodorant - il se contente bien souvent de les m...

Composé à plus de 60% d'eau, notre corps en élimine plus de deux litres par jour, notamment par la transpiration qui permet de réguler la température corporelle. Un processus complètement naturel et bon pour la santé, en dépit des petits désagréments qui l'accompagnent. On pense bien sûr aux taches de sueurs mais surtout aux mauvaises odeurs que l'on a tendance à combattre en utilisant un déodorant - il se contente bien souvent de les masquer - ou un antitranspirant qui agira sur les glandes sudoripares... en allant à l'encontre des besoins du corps. La nouvelle marque Oy, développée par une pharmacienne belge, propose de s'attaquer à la source des mauvaises odeurs: ces bactéries présentes à la surface de notre peau qui, en "consommant" la sueur, produisent des composés chimiques (mal)odorants qui ont tendance à rester incrustés. Inge Louf a pour cela imaginé une formule lavante et un scrub qui, à l'inverse des nettoyants classique, ne contiennent ni eau, ni agents moussants responsables de l'assèchement de la peau. On est ici en présence d'un mélange d'huile et de glycérine - dans le cas du scrub, on retrouve aussi des particules naturelles de gommage - à laisser poser sur les zones sensibles pendant au moins une minute. Au rinçage, la formule se change en lait nettoyant qui purifie les pores en profondeur, le scub facilitant encore le travail d'élimination des microorganismes indésirables sur les pieds rugueux et les aisselles poilues. Le tout en optimisant la fleur cutanée et en respectant l'acidité naturelle de la peau. Ce nouveau rituel, à intégrer dans sa routine quotidienne de soin, permettrait, assure sa conceptrice, de se passer définitivement d'antitranspirant dès huit jours d'utilisation. En cas de journée stressante en vue, un déo peut venir en appoint, à la manière de la petite menthe fraîche que l'on s'offrirait à la fin du déjeuner. Ces deux produits sont disponibles en pharmacie ou sur le site de la marque. Ils ne contiennent ni parabènes, ni agents conservateurs et sont entièrement biodégradables. Leur emballage aussi est plus "green" que les sprays et rollers traditionnels.Oy Deo Wash et Oy Deo Scrub, 26,60 et 26,40 euros les 200 ml. oycare.be