"La règle de base lors d'une rétrograde de Mercure est la suivante: ne jamais commencer quelque chose, qu'il s'agisse d'un projet, d'un contrat ou d'une relation." L'adage ne vient pas d'une de ces publicités d'apprentis marabouts glissées dans toutes les boîtes aux lettres mais bien d'Alexandre Lopez-Vela, un trentenaire liégeois symbole d'une génération à la tête résolument dans la lune. Si l'astrologie a toujours fait partie de sa vie grâce à une soeur aînée abonnée à Apprendre et connaître l'astrologie, ce n'est que récemment qu'il a commencé à approfondir ses connaissances, entre thème astral, placement des planètes et autres rétrogrades.
...

"La règle de base lors d'une rétrograde de Mercure est la suivante: ne jamais commencer quelque chose, qu'il s'agisse d'un projet, d'un contrat ou d'une relation." L'adage ne vient pas d'une de ces publicités d'apprentis marabouts glissées dans toutes les boîtes aux lettres mais bien d'Alexandre Lopez-Vela, un trentenaire liégeois symbole d'une génération à la tête résolument dans la lune. Si l'astrologie a toujours fait partie de sa vie grâce à une soeur aînée abonnée à Apprendre et connaître l'astrologie, ce n'est que récemment qu'il a commencé à approfondir ses connaissances, entre thème astral, placement des planètes et autres rétrogrades. Le jeune homme souligne: "Ce regain d'intérêt est arrivé à un moment de ma vie où j'étais en quête de spiritualité, mais aussi en quête de moi. L'astrologie, c'est aussi un outil de développement personnel qui permet de comprendre certains mécanismes qui sont en nous." Un sentiment auquel fait écho Nora Marino, psychologue et coordinatrice du centre Psy Pluriel: "Lorsque les individus sont soumis à des tensions, ils ont besoin de s'accrocher à quelque chose, l'absence de projection future étant le plus souvent à la source de l'angoisse. L'astrologie permet d'apprendre quelque chose sur soi et apporte le sentiment que l'on peut contrôler ou plutôt avoir une idée sur l'avenir, même si cela est une chimère."Une chimère qu'ils sont de plus en plus nombreux à poursuivre. Au-delà de la reconstitution minutieuse du thème astral, qui passe par la connaissance de ses lieu et heure précise de naissance, l'attention accrue pour la discipline a donné naissance à un business connexe florissant, entre jeux de tarot ouvragés et cristaux supposés apporter diverses vertus bienfaitrices à ceux qui les possèdent. Oubliées, les pubs criardes invitant à appeler un numéro payant pour avoir réponse à ses questions, désormais, les voyantes ne portent plus de turban et préfèrent les écrans réfléchissants des smartphones aux boules de cristal.Incarnation de cette nouvelle génération d'astrologues, Shana Lyès rassemble plus de 184.000 followers sur son compte @astro.lya, où elle distille conseils et explications à une communauté Instagram en quête de sens. Un passe-temps dont la jeune femme de 24 ans seulement a décidé de faire son métier au vu du succès rencontré par chacun de ses posts. "A l'origine, je tenais un blog, et chaque fois que j'écrivais sur l'astrologie, j'avais énormément de retours, donc j'ai eu envie de créer un espace qui y était dédié, axé sur le développement personnel. Vu l'engouement, je me suis lancée à temps plein en tant que coach astrologue, pour travailler avec les personnes sur leurs blocages et leur offrir des solutions concrètes en fonction de leur thème astral", explique Shana, qui organise également des consultations en tête-à-tête et vient de rédiger un livre sur le sujet (*). Et de rappeler aux sceptiques que "l'astrologie est un outil millénaire, qui était vu comme une science avant d'être relégué au rang de croyance de bonne femme. Aujourd'hui, les gens prennent plus le temps de se connaître et se tournent à nouveau vers l'astrologie et la spiritualité, parce qu'on vit dans une période propice au questionnement".Les réponses à nos questions se trouveraient-elles dans les constellations? S'il est tentant d'y croire, Nora Marino appelle toutefois à la prudence. "Les horoscopes sont formulés de manière à donner l'impression d'avoir été écrits pour la personne qui les lit. Le besoin de contrôle est un mécanisme qui nous protège quand la situation devient trop compliquée, et c'est assez séduisant de se laisser bercer par l'illusion qu'on peut prévoir les choses, mais c'est dangereux de prendre des décisions en fonction de ce qu'on se plaît à imaginer plutôt qu'en se basant sur des faits rationnels." Même si la thérapeute concède que "si ces prédictions ont pour objectif d'être facilitantes et aident les individus à trouver du sens, elles peuvent être utiles en tant qu'outil d'introspection ou de référentiel apaisant". Un parti pris adopté par Alexandre. Si le jeune homme possède une collection de cristaux, il avoue que son côté rationnel prend le dessus, et qu'il ressent leurs effets uniquement parce qu'il a envie de croire qu'ils sont là, "un peu comme des doudous". Par contre, "comprendre l'astrologie et analyser mon thème en marge d'une thérapie m'a permis de faire un réel travail d'introspection et de situer des blessures très profondes que j'ai pu vivre au cours de ma vie. Ça m'a aidé à prendre de la distance et à analyser ma vie". La tête dans la lune, peut-être, mais les pieds sur terre.