Qui a dit que la restauration bruxelloise manquait de personnalités fortes, de tauliers avec du caractère ? Ce qui est certain, c'est que le quartier de la rue de Flandre s'est trouvé un mentor en la personne de Kenzo Nakata. Avec ses longs cheveux et son regard perçant, l'homme en impose. Ce n'est pas seulement son physique de croisé - mi-Japon, mi-Breton - qui assoit le personnage, c'est surtout la cu...

Qui a dit que la restauration bruxelloise manquait de personnalités fortes, de tauliers avec du caractère ? Ce qui est certain, c'est que le quartier de la rue de Flandre s'est trouvé un mentor en la personne de Kenzo Nakata. Avec ses longs cheveux et son regard perçant, l'homme en impose. Ce n'est pas seulement son physique de croisé - mi-Japon, mi-Breton - qui assoit le personnage, c'est surtout la cuisine d'auteur qu'il pratique. Un art inventif et visionnaire qui emprunte beaucoup de son rythme, de ses mouvements et de ses richesses à la mer. Il y a de la marée, du tsunami qui emporte tout sur son passage au coeur des assiettes de Gramm. Sans parler des harmonies trempées. Cette gastronomie qui respire s'offre à la faveur d'un menu ascensionnel composé de cinq services : bouillon de crustacés réveillé à la menthe, saint-jacques croisant le fer avec raifort et fruit de la passion, cabillaud servi avec des agrumes et du pak-choï... De ce soir-là, on n'a pas oublié l'émouvant coucou de Malines, délicat comme une caresse et proposé avec un mélange de chou et de châtaigne. Le ravissement ne s'arrête pas à la carte flamboyante des mets, le décor travaillé façon art contemporain - on pense à Claude Lévêque - agit comme un aimant sur le convive avide de déguster en phase avec son époque. Ces deux bonheurs ne vont pas sans un troisième qui les couronne, soit une carte des vins qui témoigne d'un palais libre et audacieux. Bourgogne blanc Fanny Sabre, Cairanne blanc du domaine Richaud, cuvée Maupassant de Sébastien Châtillon : plus que jamais, le vin est une fête vivante... qui n'est pas repliée sur ses copeaux.