Un vrai pro au parcours exemplaire (avec Attilio Basso à L'Ecailler du Palais Royal ou Pierre Wynants au Comme chez soi). Atmosphère sympa, prix serrés : vous comprendrez que l'étonnant lunch à 18 euros (deux services) remporte un...

Un vrai pro au parcours exemplaire (avec Attilio Basso à L'Ecailler du Palais Royal ou Pierre Wynants au Comme chez soi). Atmosphère sympa, prix serrés : vous comprendrez que l'étonnant lunch à 18 euros (deux services) remporte un franc succès. Une belle vaisselle, péché mignon du chef, présente une variation de tapas : vitello tonnato, soupe de potiron, carpaccio de boeuf sur une salade russe et Saint-Jacques crues avec de l'aubergine parmigiana. En plat, une épaisse aile de coucou de Malines grillée avec tact pose son moelleux sur de la pomme de terre écrasée à la tartufata. Au gré de la carte, un poireau confit au gros sel annonce de la Saint-Jacques sur potimarron, bruschetta de fèves et petit carpaccio de coquille crue. Puis une langoustine translucide, avec trévisse tardive grillée heureuse sous une émulsion de parmesan de 30 mois qui compense son amertume. On raffole aussi des savoureux gnocchi farcis à la truffe, ponctués de ricotta salée, et du poulpe décliné en trois versions qui multiplient les surprises. Menus à 35 euros (trois services) et 55 euros (quatre services et vins compris).