Le concours gastronomique avait lieu mardi et mercredi à Budapest. La finale mondiale, qui aura lieu les 24 et 25 janvier 2017 à Lyon, verra s'affronter 24 pays, dont les onze européens qualifiés mercredi. La Belgique, qui a terminé en neuvième position, y participera donc.

Parmi les vingt chefs originaires de l'Europe géographique qui se sont affrontés à Budapest, figurait Peter Aesaert, qui officie dans les cuisines de l'entreprise de restauration de luxe Belgocatering. Celui-ci avait remporté la finale belge du Bocuse d'or en novembre dernier. Les candidats, et leur commis, ont dû réaliser, en cinq heures, un plat de viande, dont le produit principal était le cerf rouge, et une assiette de poisson, comprenant du Sterlet, une sorte d'esturgeon, ainsi qu'une plante aromatique, l'estragon pour la première journée et le cerfeuil pour la deuxième.

Peter Aesaert, qui avait notamment préparé une terrine avec le cerf imposé, a dès lors séduit le jury qui devait attribuer une cote sur base de plusieurs critères: le goût, la présentation, l'originalité du plat, le respect des produits, la bonne utilisation de ceux-ci, l'optimisation des déchets et la propreté ainsi que le professionnalisme.

Le jury, présidé par le chef français Serge Vieira, était composé de vingt chefs de renommée des mêmes pays sélectionnés, dont Peter Gossens, chef triplement étoilé du restaurant "Hof Van Cleve".

Au total, la Belgique a remporté cinq statuettes à la finale mondiale du Bocuse d'Or: trois médailles d'argent (Roland Debuyst en 1997, Pierre Paulus en 1989 et Michel Addons en 1987) et deux de bronze (Ferdy Debecker en 1999 et Guy van Cauteren en 1993).

Le concours gastronomique avait lieu mardi et mercredi à Budapest. La finale mondiale, qui aura lieu les 24 et 25 janvier 2017 à Lyon, verra s'affronter 24 pays, dont les onze européens qualifiés mercredi. La Belgique, qui a terminé en neuvième position, y participera donc.Parmi les vingt chefs originaires de l'Europe géographique qui se sont affrontés à Budapest, figurait Peter Aesaert, qui officie dans les cuisines de l'entreprise de restauration de luxe Belgocatering. Celui-ci avait remporté la finale belge du Bocuse d'or en novembre dernier. Les candidats, et leur commis, ont dû réaliser, en cinq heures, un plat de viande, dont le produit principal était le cerf rouge, et une assiette de poisson, comprenant du Sterlet, une sorte d'esturgeon, ainsi qu'une plante aromatique, l'estragon pour la première journée et le cerfeuil pour la deuxième. Peter Aesaert, qui avait notamment préparé une terrine avec le cerf imposé, a dès lors séduit le jury qui devait attribuer une cote sur base de plusieurs critères: le goût, la présentation, l'originalité du plat, le respect des produits, la bonne utilisation de ceux-ci, l'optimisation des déchets et la propreté ainsi que le professionnalisme. Le jury, présidé par le chef français Serge Vieira, était composé de vingt chefs de renommée des mêmes pays sélectionnés, dont Peter Gossens, chef triplement étoilé du restaurant "Hof Van Cleve". Au total, la Belgique a remporté cinq statuettes à la finale mondiale du Bocuse d'Or: trois médailles d'argent (Roland Debuyst en 1997, Pierre Paulus en 1989 et Michel Addons en 1987) et deux de bronze (Ferdy Debecker en 1999 et Guy van Cauteren en 1993).