Quelque 1.200 bouteilles seront proposées à la vente, soit un dixième de la cave présidentielle française, précise Drouot dans un communiqué.

La sélection préparée par Virginie Routis, chef sommelière du Palais de l'Elysée, est dominée par le Bordelais et la Bourgogne, mais comprend aussi des vins de Loire, d'Alsace, du sud-ouest ou de la vallée du Rhône.

"Tous ces vins furent servis à la table du président de la République et ont, pour certains, accompagné de grands moments de l'histoire de la Ve République", souligne Drouot.

Créée en 1947, sous la présidence de Vincent Auriol, et réaménagée en 1995 pour améliorer la conservation des vins, la cave présidentielle s'est enrichie au fil des décennies. Ces enchères doivent permettre son renouvellement.

En ces temps de crise, l'Elysée assure prévoir de réinvestir le produit de cette vente dans des vins plus modestes et "l'excédent sera reversé au budget de l'État".

Quelque 1.200 bouteilles seront proposées à la vente, soit un dixième de la cave présidentielle française, précise Drouot dans un communiqué. La sélection préparée par Virginie Routis, chef sommelière du Palais de l'Elysée, est dominée par le Bordelais et la Bourgogne, mais comprend aussi des vins de Loire, d'Alsace, du sud-ouest ou de la vallée du Rhône. "Tous ces vins furent servis à la table du président de la République et ont, pour certains, accompagné de grands moments de l'histoire de la Ve République", souligne Drouot. Créée en 1947, sous la présidence de Vincent Auriol, et réaménagée en 1995 pour améliorer la conservation des vins, la cave présidentielle s'est enrichie au fil des décennies. Ces enchères doivent permettre son renouvellement. En ces temps de crise, l'Elysée assure prévoir de réinvestir le produit de cette vente dans des vins plus modestes et "l'excédent sera reversé au budget de l'État".