Le vieil homme, âgé de 83 ans, s'est installé sur le patio ensoleillé de la brasserie artisanale Concrete Beach, à Miami, où des dizaines de hipsters, de cyclistes ou des hommes âgés coiffés de Panama célèbrent la renaissance d'une fameuse bière cubaine nommée La Tropical. "Elle nous rappelle des souvenirs!", s'exclame M. Herrera. "On avait l'habitude d'aller chaque dimanche danser et boire des bières pour 5 cents".

Le retour de La Tropical en Floride a été initié par Manny Portuondo, un Américain né de parents exilés cubains. Il est retourné sur la terre de ses ancêtres pour la première fois l'an dernier, visitant notamment des jardins de style espagnol où la première bière cubaine de ce type a été brassée. C'est l'arrière arrière-grand-père de Manny Portuondo qui a vendu ces terres à la famille Blanco Herrera, fondateurs de la première brasserie à Cuba en 1888.

Les Blanco Herrera ont brassé La Tropical jusqu'à la nationalisation de la brasserie en 1960, qui les a forcés à l'exil. Mais quand Cuba et les Etats-Unis ont entamé leur rapprochement en décembre 2014, qui a conduit à la levée de restrictions sur les voyages et fait grandir l'intérêt des Américains pour l'île, Manny Portuondo a décidé que c'était "le moment de relancer La Tropical".

Renouveau de la bière artisanale

"Je sentais cette histoire couler dans mes veines", raconte M. Portuondo. Il a travaillé pendant des années pour reprendre le contrôle des droits de cette bière et l'enregistrer comme marque internationale avec Ramon Blanco Herrera, arrière-petit-fils du fondateur de la brasserie cubaine.

Pour le moment, l'objectif est de développer l'activité en dehors du petit marché cubain. Mais "ce serait une belle fin pour cette histoire si La Tropical pouvait revenir à Cuba", note M. Portuondo.

La renaissance de La Tropical coïncide avec un renouveau de la bière artisanale aux Etats-Unis, qui comptent plus de 4.200 brasseries artisanales, soit 15% de plus qu'en 2014, dont 151 en Floride. Et les plus enthousiastes sont les jeunes nés dans les années 80 et 90, qui fréquentent le quartier à la mode de Wynwood où La Tropical a été relancée.

Les plus âgés eux retrouvent le goût du passé. La recette est restée fidèle à celle de la bière originale, assure le brasseur de Concrete Beach, Marco Reyna. "La famille voulait que nous fabriquions la bière qu'elle avait connue", explique M. Reyna. Et en combinant des techniques actuelles avec des formules traditionnelles de brassage de style viennois, "nous avons développé une nouvelle recette qui, selon nous, est celle qui se rapproche le plus de celle de la bière de la Havane", ajoute-t-il.

L'octogénaire Herrera ne cache pas sa satisfaction: "j'ai l'impression de boire à Cuba maintenant".

Le vieil homme, âgé de 83 ans, s'est installé sur le patio ensoleillé de la brasserie artisanale Concrete Beach, à Miami, où des dizaines de hipsters, de cyclistes ou des hommes âgés coiffés de Panama célèbrent la renaissance d'une fameuse bière cubaine nommée La Tropical. "Elle nous rappelle des souvenirs!", s'exclame M. Herrera. "On avait l'habitude d'aller chaque dimanche danser et boire des bières pour 5 cents".Le retour de La Tropical en Floride a été initié par Manny Portuondo, un Américain né de parents exilés cubains. Il est retourné sur la terre de ses ancêtres pour la première fois l'an dernier, visitant notamment des jardins de style espagnol où la première bière cubaine de ce type a été brassée. C'est l'arrière arrière-grand-père de Manny Portuondo qui a vendu ces terres à la famille Blanco Herrera, fondateurs de la première brasserie à Cuba en 1888.Les Blanco Herrera ont brassé La Tropical jusqu'à la nationalisation de la brasserie en 1960, qui les a forcés à l'exil. Mais quand Cuba et les Etats-Unis ont entamé leur rapprochement en décembre 2014, qui a conduit à la levée de restrictions sur les voyages et fait grandir l'intérêt des Américains pour l'île, Manny Portuondo a décidé que c'était "le moment de relancer La Tropical".Renouveau de la bière artisanale"Je sentais cette histoire couler dans mes veines", raconte M. Portuondo. Il a travaillé pendant des années pour reprendre le contrôle des droits de cette bière et l'enregistrer comme marque internationale avec Ramon Blanco Herrera, arrière-petit-fils du fondateur de la brasserie cubaine.Pour le moment, l'objectif est de développer l'activité en dehors du petit marché cubain. Mais "ce serait une belle fin pour cette histoire si La Tropical pouvait revenir à Cuba", note M. Portuondo.La renaissance de La Tropical coïncide avec un renouveau de la bière artisanale aux Etats-Unis, qui comptent plus de 4.200 brasseries artisanales, soit 15% de plus qu'en 2014, dont 151 en Floride. Et les plus enthousiastes sont les jeunes nés dans les années 80 et 90, qui fréquentent le quartier à la mode de Wynwood où La Tropical a été relancée.Les plus âgés eux retrouvent le goût du passé. La recette est restée fidèle à celle de la bière originale, assure le brasseur de Concrete Beach, Marco Reyna. "La famille voulait que nous fabriquions la bière qu'elle avait connue", explique M. Reyna. Et en combinant des techniques actuelles avec des formules traditionnelles de brassage de style viennois, "nous avons développé une nouvelle recette qui, selon nous, est celle qui se rapproche le plus de celle de la bière de la Havane", ajoute-t-il.L'octogénaire Herrera ne cache pas sa satisfaction: "j'ai l'impression de boire à Cuba maintenant".