Au cours des deux premières semaines d'août, le nombre de personnes qui se sont rendues au restaurant du lundi au mercredi, les jours où l'offre est valable, a bondi de 26,9% sur un an, souligne le centre de recherche économique CEBR.

En revanche, du jeudi au dimanche, la fréquentation a chuté de 26,9%, complète le CEBR, qui s'appuie sur les données du site de réservations OpenTable.

Et pour la semaine entière, la baisse est limitée à 7,1%, alors qu'elle était de 28,2% avant la mise en place de la mesure.

Pour Nina Skero, économiste au CEBR, il est "impossible de nier que l'initiative du chancelier (de l'Echiquier Rishi Sunak) a été un succès".

Le dispositif, appelé Eat Out to Help Out (littéralement, manger dehors pour donner un coup de main), fait partie de mesures de relance annoncées par M. Sunak en début d'été afin de faire repartir une économie mise à genoux par des mois de confinement.

Il consiste à subventionner, seulement pour le mois d'août, 50% de la note dans les restaurants, jusqu'à 10 livres par personne, du lundi au mercredi.

D'un coût de 500 millions de livres, la mesure est censée aider un secteur qui emploie 1,8 million de personnes au Royaume-Uni.

Pour le CEBR, il s'agit d'un coup de pouce bienvenu qui "fait plus pour le retour à la normale au Royaume-Uni que beaucoup de recommandations du gouvernement".

Le ministère des Finances avait lui annoncé que le dispositif a financé 10,5 millions de repas lors de la première semaine d'août.

C'est même la fréquentation de l'ensemble des commerces de centre-ville qui a bondi cette semaine-là, par rapport à la précédente, avec une hausse de 18,9% après 18H00 et de 9,6% à l'heure du déjeuner, selon le cabinet Springboard.

Plus de 22.000 emplois dans la restauration ont été supprimés depuis le début de l'année, soit deux fois plus que pour l'ensemble de 2019, révèle récemment une étude du Centre for Retail Research, cabinet spécialisé dans le commerce.

Elle montrait en outre que 1.467 restaurants ont fermé, soit une hausse de 59,1% par rapport à la totalité de 2019.

La chaîne de restaurants italiens Pizza Express a notamment annoncé une restructuration prévoyant la suppression de 1.100 emplois.

Cela s'ajoute aux dépôts de bilan des restaurants italiens Carluccio's, du groupe Casual Dining Group, détenant les chaînes Café Rouge et Bella Italia, ou encore de l'enseigne de hamburgers Byron.

Au cours des deux premières semaines d'août, le nombre de personnes qui se sont rendues au restaurant du lundi au mercredi, les jours où l'offre est valable, a bondi de 26,9% sur un an, souligne le centre de recherche économique CEBR.En revanche, du jeudi au dimanche, la fréquentation a chuté de 26,9%, complète le CEBR, qui s'appuie sur les données du site de réservations OpenTable.Et pour la semaine entière, la baisse est limitée à 7,1%, alors qu'elle était de 28,2% avant la mise en place de la mesure.Pour Nina Skero, économiste au CEBR, il est "impossible de nier que l'initiative du chancelier (de l'Echiquier Rishi Sunak) a été un succès".Le dispositif, appelé Eat Out to Help Out (littéralement, manger dehors pour donner un coup de main), fait partie de mesures de relance annoncées par M. Sunak en début d'été afin de faire repartir une économie mise à genoux par des mois de confinement.Il consiste à subventionner, seulement pour le mois d'août, 50% de la note dans les restaurants, jusqu'à 10 livres par personne, du lundi au mercredi.D'un coût de 500 millions de livres, la mesure est censée aider un secteur qui emploie 1,8 million de personnes au Royaume-Uni.Pour le CEBR, il s'agit d'un coup de pouce bienvenu qui "fait plus pour le retour à la normale au Royaume-Uni que beaucoup de recommandations du gouvernement".Le ministère des Finances avait lui annoncé que le dispositif a financé 10,5 millions de repas lors de la première semaine d'août.C'est même la fréquentation de l'ensemble des commerces de centre-ville qui a bondi cette semaine-là, par rapport à la précédente, avec une hausse de 18,9% après 18H00 et de 9,6% à l'heure du déjeuner, selon le cabinet Springboard.Plus de 22.000 emplois dans la restauration ont été supprimés depuis le début de l'année, soit deux fois plus que pour l'ensemble de 2019, révèle récemment une étude du Centre for Retail Research, cabinet spécialisé dans le commerce.Elle montrait en outre que 1.467 restaurants ont fermé, soit une hausse de 59,1% par rapport à la totalité de 2019.La chaîne de restaurants italiens Pizza Express a notamment annoncé une restructuration prévoyant la suppression de 1.100 emplois.Cela s'ajoute aux dépôts de bilan des restaurants italiens Carluccio's, du groupe Casual Dining Group, détenant les chaînes Café Rouge et Bella Italia, ou encore de l'enseigne de hamburgers Byron.