Pour rappel, Frites Atelier, c'est Amsterdam, Arnhem, Utrecht, Anvers, Gand et désormais Bruxelles. Patatak, l'adresse d'Adrien Dewez, c'est Saint-Gilles, point barre. Là où le premier s'avance spectaculaire - décor signé Piet Boon - e...

Pour rappel, Frites Atelier, c'est Amsterdam, Arnhem, Utrecht, Anvers, Gand et désormais Bruxelles. Patatak, l'adresse d'Adrien Dewez, c'est Saint-Gilles, point barre. Là où le premier s'avance spectaculaire - décor signé Piet Boon - et renégat - no blanc de boeuf -, le second déroule une formule modeste - bintje en provenance de Genappe, alternative de patates douces cuites à l'huile végétale, fermentations maison... Si à nos yeux, la culture frites se décline impérativement en version "baraque", on avoue que Patatak nous a fait réviser notre jugement. Entre la sauce "du chef" (1 euro) réalisée à partir d'un bouillon dashi et la croquette au fromage de Herve (4 euros) servie avec une noisette de sirop de Liège, on s'est régalés. Ajoutons l'épatante barquette de cornichons (3 euros) ainsi que des nuggets (5 euros) offrant un vrai goût de poulet - une évidence bafouée - et une panure avec mâche. Et les frites (3 ou 5 euros avec sauce)? Elles sont d'autant plus délicieuses qu'on les savoure sur fond de pils Redor (2,20 euros) au fût, ce qui est autre chose qu'un jus Inbev.