CÉLINE D'AOUST

CRÉATRICE DE BIJOUX
...

CRÉATRICE DE BIJOUX" J'aime m'étaler quand je cuisine " " J'ai eu une adolescence macrobiotique. Ma mère se nourrit ainsi depuis plus de trente ans. J'ai évidemment vécu ma période révolution, durant laquelle j'allais au fast-food. Mais quand je suis devenue maman à 20 ans, tout ce qu'elle m'avait appris m'a servi. Mes enfants n'ont pas ingurgité de sucre avant l'âge de 3 ans. Evidemment, à l'école, lors des pique-niques collectifs, je ne les empêchais pas de manger comme leurs copains. Je préparais du tofu, je leur donnais des algues, on me regardait parfois comme une illuminée. J'ai dû également trouver un équilibre entre ma culture culinaire et celle de Matthieu, mon mari, qui est grand amateur de viande. Il fait partie de la génération ketchup-mayonnaise... Depuis que je vis en partie à Jaipur, où j'ai mon atelier, je me suis rendu compte que rien n'est dû au hasard dans la cuisine indienne, que chaque épice a une propriété. Moi qui n'utilisais que du poivre, du sel et un peu de coriandre, j'ai pris l'habitude d'ajouter du gingembre, du curcuma et d'autres épices plus inhabituelles chez nous. Quant au thé matcha, c'est un super aliment. En général les thés verts contiennent une forte densité d'antioxydants mais il les surpasse. On dit qu'il est excellent pour le moral grâce à sa forte teneur en L-Théanine, un acide aminé qui agit sur la concentration, la réduction du stress et la bonne humeur. Cette recette, je l'ai découverte lors d'un cours de cuisine, chez Françoise Gailhaguet, qui s'adresse à ceux qui n'ont pas spécialement le temps ou l'envie de rester cinq heures aux fourneaux. Elle nécessite peu de matériel, à part un blender, une casserole à vapeur et quelques ustensiles de base. Je prépare souvent les repas sur la table de la salle à manger. Ma cuisine est vitrée et plein sud ; même quand il ne fait pas très beau, s'il y a du soleil, il y fait très chaud. Et puis, mon plan de travail est en général rempli de bazar... Bref, je suis plus à l'aise ici. J'ai tout l'espace nécessaire, d'autant que j'aime bien m'étaler quand je prépare à manger. De même quand je crée mes bijoux, je préfère avoir toutes mes pierres à portée de regard, cela me permet de les redécouvrir, de me laisser attirer par elles. Comme on mange aussi avec les yeux, je présente toujours mes plats dans de belles assiettes. J'adore le travail du céramiste belge Tristan Philippe. Mes petits bols si poétiques sont signés Anita Le Grelle, cadeaux de mon amie la créatrice Anouk Robyn. Et les coupelles avec les framboises et le thé matcha sont en agate, je les ai fait tailler en Inde.CRÉATEUR" Notre assiette influence notre humeur " " Mon plat favori est une recette végétalienne que j'ai développée à l'instinct, sans me baser sur un livre. Je cuisine toujours sans instructions d'ailleurs... Mais j'irai peut-être un jour suivre des cours chez ma soeur Frederique, qui a lancé, à Bruxelles, la boutique Infinite Seeds, car j'aime beaucoup découvrir des plats ! C'est sous son influence que je suis devenu végétalien, il y a cinq ans. Elle m'avait parlé, plusieurs années auparavant, de l'impact bénéfique de ce type d'alimentation sur l'environnement et le bien-être animal... Mais ce ne sont pas tant ces arguments qui ont été déterminants que la volonté d'améliorer ma santé. Le souci du reste de la planète a suivi. Cette évolution reflète un peu celle du secteur de la mode, où les consommateurs sont de plus en plus soucieux de durabilité et d'écologie. Mes propres collections pour Honest by reposent sur un processus de fabrication transparent, les matières premières sont majoritairement biologiques et tout est produit en Belgique. Aujourd'hui, je me sens plus calme, plus en forme et plus heureux qu'il y a cinq ans. Je n'oserais pas aller jusqu'à affirmer que cela ne tient qu'à mon nouveau régime... mais je me sens bien, et c'est ce qui compte. Je n'aurais jamais imaginé que notre assiette puisse avoir une telle influence sur notre humeur ! En tout cas, à Anvers, je ne pourrais plus me passer de mon fournisseur bio, Het Natuurhuis, ou de Carotterie 2000 (lire par ailleurs), le food bar où je vais chercher de délicieux plats végétaliens. " CRÉATEUR" Il m'arrive d'emmener mon mixeur en voyage " " Après avoir longtemps négligé le petit-déjeuner, j'ai commencé, il y a quelques années, à lui accorder de plus en plus d'importance car il me donne de l'énergie pour le reste de la journée. La mode est un secteur chaotique et stressant, et le fait de manger sainement et de faire du sport m'aide à gérer la pression. Actuellement, j'ai une prédilection pour les bols à base de baies d'açai fraîches ou en poudre, de fruits surgelés et de lait végétal, le tout mixé au robot et agrémenté de fruits frais, de muesli ou de noix. Il y a deux ans, j'ai découvert à Rome cette mode venue du Brésil... et depuis, je prépare un bol pour moi-même et mon compagnon presque tous les jours. Autant dire que mon mixeur est mon ustensile favori ! Je ne pourrais plus m'en passer, au point qu'il m'arrive de l'emmener en voyage... L'avantage de ce plat, c'est que l'on peut varier les ingrédients à l'infini. C'est cet aspect inédit qui me plaît. Vous ne me verrez jamais m'inspirer d'un bouquin : les desserts ou les sauces françaises traditionnelles pour lesquelles il faut peser chaque composant au gramme près, très peu pour moi ! Je fais ça à l'instinct, en utilisant ce que j'ai dans la maison... Et il en va de même dans mon travail : je crée avec mes tripes, pas avec ma tête. J'avoue que je n'ai malheureusement pas beaucoup le temps pour me mettre derrière les fourneaux, mais je regarde volontiers des émissions comme The Great British Bake Off. Il faut dire que j'adore les cakes et sucreries, même si j'essaie de ne pas en abuser. " PAR ELKE LAHOUSSE ET ANNE-FRANÇOISE MOYSON / PHOTOS : DIANE HENDRIKX