PortAventura

C'est où ?
...

C'est où ?Entre Vila-Seca et Salou, en Espagne. C'est comment ?Sous le soleil catalan, un parc d'attractions se doit de respirer la douceur de vivre. Certes, dans ce temple des loisirs, inauguré en 1995 sur un terrain pressenti pour accueillir Eurodisney, il y a comme partout de la foule, des files et des armadas de boutiques de souvenirs. Mais à deux kilomètres des plages de la Costa Dorada, tout cela semble moins oppressant. Divisé en six zones thématiques, représentant des parties du monde - la Chine, la Polynésie, le Far West, la Méditerranée, etc. -, l'endroit invite avant tout à la balade tant les décors sont peaufinés jusque dans les moindre détails : plantations, signalétique, nourriture dans les snacks et restaurants (de qualité !) et même costumes du personnel immergent les visiteurs dans l'ambiance du pays visité. Côté attractions, chacun y trouve son compte parmi les quarante manèges et la centaine de spectacles proposés quotidiennement. Descente d'une chute d'eau au coeur de la jungle (Tutuki Splash), course folle dans un train de mine mexicain (El Diablo), aventure en bouée sur une rivière de l'Ouest américain (Grand Canyon Rapids) ou loopings - huit en deux minutes ! - à la façon d'un dragon chinois (Dragon Khan)... Le tour de la planète ne manque pas de piquant. Et les petits ne sont pas oubliés avec le " 1, rue Sésame ", une dizaine d'activités rien que pour eux dans un univers merveilleux peuplé des fameuses marionnettes. Autres bons points : les hôtels sont véritablement dans le parc, ce qui réduit les trajets et permet de se rafraîchir à la piscine à tout moment, et les prix restent finalement raisonnables face à d'autres concurrents européens. L'attraction à ne pas manquer ?La Shambhala Ride, véritable furie himalayenne qui se targue d'être l'hypercoaster le plus rapide d'Europe, atteignant les 134 km/h lors d'une descente vertigineuse de 78 mètres. Rien qu'à regarder, on en a des frissons. http://fr.portaventura.com C'est où ?A Kaatsheuvel, aux Pays-Bas. C'est comment ?Bienvenue au royaume des fées, des géants, des dragons, des elfes et des trolls, dans ce parc qui a façonné son univers autour des légendes et de la magie. On doit notamment ses décors à l'illustrateur néerlandais Anton Pieck qui, au début des années 50, a été appelé pour donner au lieu une imagerie fantastique. On reconnaît particulièrement sa patte dans l'attraction Le Bois des contes, une forêt de six hectares qui emmène les yeux à travers les mondes des frères Grimm, d'Andersen, de Perrault et même de notre reine... Fabiola, dont les Nénuphars Indiens sont extraits d'un livre écrit de ses mains en 1955. A côté de cela, il faut passer par la très réussie Villa Volta, maison peuplée de créatures effrayantes, s'offrir des frissons enflammés sur les montagnes russes de Joris en de Draak inspirées par la légende de saint Georges, monter à bord du Vliegende Hollander pour un plouf rafraîchissant, ou encore admirer Aquanura, sur le lac Vonderplas, qui mélange l'eau et le feu le temps d'un spectacle éblouissant. Alors, certes, ici ou là, quelques têtes blondes seront légèrement inquiètes face aux univers étranges, à mille lieues des princesses ou autres compagnons de Mickey. Mais très vite, elles succomberont au charme de ces 36 attractions remarquablement mises en scène, séduites par une atmosphère qui ne vole nullement son titre de " pour petits et grands ". Et qui, soit dit en passant, était proclamé Meilleur parc du monde par l'IAAPA (la plus importante association internationale des parcs de loisirs) en 1992, année d'ouverture de... Eurodisney. L'attraction à ne pas manquer ?Ouvert au début de cet été, le flippant Baron 1898 propose une chute libre de près de 40 mètres dans le puits d'une mine, à bord d'un petit train qui s'offre ensuite un parcours effréné dans les profondeurs de la Terre... Interdit aux mineurs ? Sûrement pas. www.efteling.frC'est où ? A Copenhague, au Danemark. C'est comment ?S'ils portent le même nom que le célèbre parc de loisirs parisien, les jardins de Tivoli possèdent bien un charme typiquement danois. Situés au coeur de Copenhague, ils dévoilent une atmosphère délicieusement désuète qui rappelle les fêtes foraines d'antan, avec ses carrousels, ses stands à friandises et ses enfants aux yeux brillants. Rien d'étonnant : nous sommes là dans l'un des plus anciens parcs d'attractions d'Europe, qui fut érigé en 1843 afin que le peuple " pense à autre chose qu'à la politique ", selon le monarque de l'époque. Les souvenirs sont intacts : on se promène à travers des beaux jardins fleuris et des fontaines, en pique-niquant autour du lac. Et bien sûr, on profite allègrement des attractions nommées Daemon (une montagne russe à trois inversions) ou Himmelskibet (des chaises volantes sur le plus haut carrousel du monde !), sans oublier d'aller visiter le palais des glaces, la pagode chinoise ou le magnifique château d'Andersen. Le soir venu, les manèges allument leurs loupiotes, et les décors nordiques se font plus romantiques. Aucun doute : s'il n'est pas le plus proche de chez nous, ce parc-là est certainement l'un des plus réussis du continent... L'attraction à ne pas manquer ? Les montagnes russes... en bois, répondant au nom de Rutschebanen, qui ont été imaginées en 1914, soit il y a plus d'un siècle. Ce sont les plus anciennes du genre encore en activité sur la planète, et le freinage est toujours effectué à la main. Mais pas de panique : la sécurité est aux normes modernes ! www.tivoligardens.comC'est où ?A Rust, en Allemagne. C'est comment ?L'Europa Park, qui vient de souffler ses 40 bougies, a décroché le prix du meilleur parc d'attractions... du monde, lors des derniers Golden Ticket Awards organisés très sérieusement - depuis près de vingt ans - par le magazine britannique Amusement Today. La thématique du lieu est ultraséduisante : le visiteur se promène dans treize quartiers qui plantent chacun le décor d'un pays européen. Oui, comme Mini-Europe. Sauf qu'ici, absolument rien n'est " mini ". Ni l'affluence (plus de 5 millions de personnes en 2014). Ni les forces en présence, puisque le lieu compte pas moins de 55 attractions, pour presque autant de théâtres, cinémas, expositions ou spectacles. Une bonne centaine de raisons d'y emmener toute la marmaille, en s'offrant sur la même journée une descente en bobsleigh au coeur d'un village suisse, une virée aquatique nommée Poseidon côté grec, une visite en barque de la grotte des pirates de nos voisins néerlandais ou une escapade en " crazy taxi " londonien. Pour les sensations fortes, on peut faire amplement confiance à la famille Mack, qui a commencé à imaginer des attractions foraines en 1780 et qui vend désormais des machines à frissons aux quatre coins du globe. Anecdote amusante : ici, dans " son " parc, chaque fois que l'entreprise inaugure une nouvelle attraction, elle fait venir un prêtre pour la bénir. Ce fut encore le cas l'été dernier, lorsque le clan Mack et le cinéaste Luc Besson ont ouvert les portes d'Arthur au Royaume des Minimoys, dont l'immense dôme vert abrite un toboggan, des coquelicots géants et un grand huit... qui ont coûté plus cher que l'ensemble du parc lors de sa création en 1975. L'attraction à ne pas manquer ?L'Euro-Mir, dans le quartier russe, qui évoque la conquête spatiale. Il s'agit du spinning coaster (montagnes russes dont les wagonnets tournent sur eux-mêmes) le plus long, le plus haut et le plus rapide d'Europe. Tout est dit. www.europapark.de/fr C'est où ? A Castelnuovo del Garda, en Italie. C'est comment ?Imaginé par un entrepreneur italien qui, suite à un voyage au Disney World américain, est revenu avec des envies plein la tête, le parc de Gardaland doit son nom au lac de Garde dont il est le voisin direct. Il a ouvert ses portes pratiquement le même jour que l'Europa Park (lire par ailleurs), il y a tout juste quarante ans. Sa marque de fabrique ? Des attractions disséminées dans des " quartiers " bien spécifiques, à l'instar du port anglais de l'époque Tudor, du village western avec saloon et vieille église, de la zone spatiale avec des manèges en apesanteur, de l'aire nature évoquant les Rocheuses ou le Colorado, ou de l'espace consacré aux vestiges mythiques comme l'Atlantide ou les temples bouddhistes... Autant de décors colorés et variés qui offrent un aller simple pour le dépaysement, notamment grâce à sept montagnes russes - dont le sauvage Raptor où les passagers sont volontairement assis de façon " détachée " du rail central - , cinq très beaux parcours scéniques - l'immersion chez les brigands des mers, alias I Corsari, est particulièrement agitée - ou trois escapades aquatiques - mention spéciale aux Jungle Rapids qui baladent les bouées dans un décor tropical du plus bel effet. Envie de prolonger le plaisir ? A quelques pas de là, le Gardaland Sea Life Aquarium abrite quelque 5 000 spécimens marins... L'attraction à ne pas manquer ?Fuga da Atlantide : rien que pour son nom, on signe. Les yeux, eux, signeront pour les superbes statues et constructions imaginaires qui garnissent cette escapade en petit bateau parmi les remous et, surtout, les splashs d'une rivière sortie de nulle part... www.gardaland.it PAR NICOLAS BALMET ET FANNY BOUVRY