Il y a peu encore, les femmes osant s'afficher avec un homme de dix ans leur cadet faisaient exception. Les rares pionnières ont d'ailleurs marqué les esprits : Edith Piaf et Théo Sarapo avaient vingt ans d'écart ; Marguerite Duras et Yann Andréa, près de quarante. Ce qui n'a pas empêché ces derniers de vivre une histoire passionnée pendant seize années. Aujourd'hui, la tendance toyboy, que l'on pensait épisodique, semble s'installer. En Grande-Bretagne, on trouve même un site de rencontres spécialisé : sur www.toyboywarehouse.com, les femmes sont obligées de rechercher des hommes plus jeunes qu'elles. Une évolution qui se chiffre : près d'une femme sur trois épouse un homme moins âgé qu'elle, et une sur dix un homme de minimum six ans de moins (1). Des statistiques qui ont doublé en quarante ans ! Côté people, les exemples pullulentà et persistent : Demi Moore et Ashton Kutsher (16 ans d'écart), Susan Sarandon et Tim Robbins (12 ans), Madonna et Jesus Luz (28 ans), Sharon Stone et Chase Dreyfus (26 ans), Vivienne Westwood et Andreas Kronthaler (25 ans), Claire Chazal et Arnaud Lemaire (16 ans), Laurence Boccolini et Mickaël Fakaïlo (19 ans), Maria Carey et Nick Cannon (10 ans), Halle Berry et Gabriel Aubry (10 ans), Valeria Bruni Tedeschi et Louis Garrel (19 ans)à
...

Il y a peu encore, les femmes osant s'afficher avec un homme de dix ans leur cadet faisaient exception. Les rares pionnières ont d'ailleurs marqué les esprits : Edith Piaf et Théo Sarapo avaient vingt ans d'écart ; Marguerite Duras et Yann Andréa, près de quarante. Ce qui n'a pas empêché ces derniers de vivre une histoire passionnée pendant seize années. Aujourd'hui, la tendance toyboy, que l'on pensait épisodique, semble s'installer. En Grande-Bretagne, on trouve même un site de rencontres spécialisé : sur www.toyboywarehouse.com, les femmes sont obligées de rechercher des hommes plus jeunes qu'elles. Une évolution qui se chiffre : près d'une femme sur trois épouse un homme moins âgé qu'elle, et une sur dix un homme de minimum six ans de moins (1). Des statistiques qui ont doublé en quarante ans ! Côté people, les exemples pullulentà et persistent : Demi Moore et Ashton Kutsher (16 ans d'écart), Susan Sarandon et Tim Robbins (12 ans), Madonna et Jesus Luz (28 ans), Sharon Stone et Chase Dreyfus (26 ans), Vivienne Westwood et Andreas Kronthaler (25 ans), Claire Chazal et Arnaud Lemaire (16 ans), Laurence Boccolini et Mickaël Fakaïlo (19 ans), Maria Carey et Nick Cannon (10 ans), Halle Berry et Gabriel Aubry (10 ans), Valeria Bruni Tedeschi et Louis Garrel (19 ans)àAlors que les exemples ne cessent de se multiplier, le regard de la société sur ces couples, lui, reste interrogateur. Limite accusateur. Tandis que les couples de Johnny et Laeticia Hallyday, 32 ans de différence, de Michael Douglas et Catherine Zeta Jones, 25 ans d'écart, de Harrison Ford et Calista Flockhart, 22 ans d'intervalle, ne sont pas critiqués (en tous les cas pas pour la différence d'âge) mais admirés. Pourquoi ? Parce que l'image d'un homme mûr s'affichant avec une lolita est devenue une norme sociale installée. Limite banalisée. L'inverse par contreà " Il y a plusieurs raisons à cela, explique Jérôme Vermeulen, psychologue et webmaster du site www.lepsychologue.be. D'abord, la norme sociale. Un homme susceptible de plaire à une femme possède une certaine maturité et une situation professionnelle établie... alors qu'on attend d'une femme qu'elle sache éduquer les enfants, faire la cuisine, les courses et les tâches ménagères. Ce sont les rôles masculins et féminins établis depuis la fin du xixe siècle. Ensuite, il y a la cause biologique : un homme est dans sa pleine maturité à 35-45 ans, alors qu'une femme est plus fertile entre 20 et 28 ans. Au-delà, sa fécondité commence à décliner. Ce schéma est proche de notre cousin le gorille : le chef de la tribu est âgé, mais les femelles, avec lesquelles il se reproduit, sont très jeunes. Une femme plus âgée qui sort avec un jeune homme, cela nous fait le même effet qu'une femme au volant d'un 38 tonnes ! On se dit " pourquoi pas ? ", mais on est interpellé parce que cela ne ressemble pas au schéma classique. Pas habituel, donc pas normal. Or, il n'y a rien d'anormal, rien de pathologique, dans ce type de relation ! " La plupart de ces couples vivent certainement de véritables histoires d'amour : on ne demande pas une carte d'identité lorsqu'on tombe amoureux. De plus, on pourrait même retourner la cause biologique à l'avantage des femmes : elles sont en pleine maturité sexuelle à 35 ans, alors qu'un homme sur deux qui a passé 40 ans subit des troubles de l'érectionà Il y a donc bel et bien une revendication, légitime, de pouvoir " faire comme les hommes ". En ce sens, la terminologie même de toyboy est intéressante. " On peut observer un parallèle : les hommes ont leur femme-objet, dorénavant, les femmes ont leur garçon-jouet, s'amuse Jérôme Vermeulen, Le problème aujourd'hui, c'est que la femme qui affiche son toyboy subit une réflexion péjorative : chacun y va de son speech, quidams comme psychologues, qui voient là une domination phallique de la femmeà Or, c'est juste une accélération de la revendication féminine, mais qui n'est pas évidente à gérer. " Le combat pour l'égalité des sexes est loin d'être gagné. Notre société reste campée sur ses stéréotypes : on présente encore ce qu'un homme ou une femme peut ou ne peut pas faire. De plus, à poste égal, une femme gagne toujours moins qu'un hommeàFamille, amis, voisinage, collèguesà Tous ont un avis. Rarement positif. Comment se blinder face à ses attaques ? " En comprenant comment les autres perçoivent cette situation, propose le psychologue. Face à une femme de 46 ans qui sort avec un homme de 33, les gens vont tenter de trouver une explication ailleurs que dans l'amour pur. Ils vont probablement se dire qu'il sort avec elle parce qu'il est intéressé et qu'elle l'entretient financièrement. Le comprendre permet de prendre du recul. " Il s'agit aussi d'être le plus spontané possible et d'éviter de se cacher. " Mais aussi parler de son amour. L'assumer. Pouvoir dire l'affection et l'amour que vous vous portez. Il ne faut surtout pas chercher à se justifier. " Au contraire, faites preuve d'humour. Comme Demi Moore qui lors d'une soirée officielle est arrivée grimée en sexagénaire au bras de son homme, Ashton Kutsher. Qui était, lui, cet été, à l'affiche du film Toyboy. Preuve d'autodérision. À voir la mine radieuse des " cougars " (surnom canadien donné aux femmes de plus de 40 ans qui sortent avec des hommes de minimum huit ans leur cadet), on est en droit de se demander si le toyboy ne serait pas la cure de jouvence idéale. Mieux qu'une séance de bistouri ou une injection de Botox, il semble offrir à sa partenaire un air de fraîcheur indéniable. Joëlle, 52 ans, mariée avec un homme de dix ans de moins qu'elle, l'admet : " C'est l'homme qu'il me fallait, car justement plus jeune et donc plus dynamique qu'un homme de mon âge. Même si, c'est étrange, cette différence d'âge me gêne depuis sept ans. Pourtant mon âge ne lui a jamais posé de problème, il le connaissait, vu que que je ne le cachais pas. D'ailleurs, vieillir ne me fait pas peur, vieillir plus vite que lui oui, donc je m'arrange pour l'user ! ( rires). Sérieusement, ma crainte est de paraître un jour bien plus âgée que lui, non pas par peur qu'il en préfère une autre plus jeune, mais parce que je ne veux pas qu'un jour il se demande comment il a pu m'aimer ! Mais, pas de doute, être avec un homme plus jeune, c'est flatteur : je vois bien les regards d'envie des nanas de 50 ans affublées de maris qui ont l'allure de papysà " La culpabilité volatilisée, nombreuses sont celles qui vont oser se laisser approcherà Malheureusement, en plus des critiques à affronter, il existe bel et bien de véritables problèmes de couple liés à la différence d'âge. " Mais ils sont valables dans les deux sens : tant pour les femmes que pour les hommes ", insiste le psy. Après la période rose, des incompréhensions nées d'un décalage risquent d'apparaître : l'expérience de vie, la situation professionnelle, la vie de familleà que l'autre n'a pas encore connues ! " La probabilité pour que le couple soit viable est plus faible à cause de cette série de difficultés à surmonter, explique Jérôme Vermeulen. Avec le problème supplémentaire que la femme de 42-45 ans est nettement moins susceptible d'avoir un enfant. Ces difficultés doivent impérativement être abordées au sein du couple. " " Le problème des enfants ne s'est pas posé pour nous, embraie Joëlle. Nous en avions déjà chacun de notre côté. Nous sommes partis pour finir nos jours ensemble. Et si ce n'était pas le cas, ce n'est pas grave, il faut prendre tout ce qui est bon à prendre ! " Des témoignages heureux comme celui de Joëlle, on en trouve à la pelle sur le site www.plurielles.fr. Des manifestations littéraires qui prouvent qu'il serait dommage de s'interdire une belle histoire d'amour à cause d'une différence d'âge. Après tout, aucune love story n'a la certitude de durer éternellement. Alors, vivons pleinement. Avec passion et légèreté. Sans juger. (1) Chiffres britanniques. BBC News, 12 décembre 2003. Par Valentine Van Gestel