C'est une bulle hors du temps, nichée en plein coeur de l'un des bâtiments Art déco les plus emblématiques de la capitale française. Quelques mois après celle de la Samaritaine, l'ouverture du tout nouvel hôtel Cheval Blanc, à Paris, nanti d'un spa Dior totalement unique en son genre, était sans nul doute l'une des plus attendues de ...

C'est une bulle hors du temps, nichée en plein coeur de l'un des bâtiments Art déco les plus emblématiques de la capitale française. Quelques mois après celle de la Samaritaine, l'ouverture du tout nouvel hôtel Cheval Blanc, à Paris, nanti d'un spa Dior totalement unique en son genre, était sans nul doute l'une des plus attendues de l'année. Lui aussi dessiné par le starchitecte Peter Marino, l'espace bien-être, pensé comme un appartement parisien avec son salon, son feu ouvert et sa bibliothèque, comprend six "suites" particulières. L'une d'elles, baptisée "bonne étoile" en référence à l'astre porte-bonheur de Christian Dior, voit son plafond se changer en voûte céleste dès que l'hôte s'allonge sur le lit de massage, révélant ainsi son signe astrologique. Pas moins de cinq années ont été nécessaires pour mettre au point les protocoles, alliant à la fois des techniques manuelles exclusives - certains massages sont prodigués à six mains! - et des outils tout à fait uniques comme cet appareil de micro-abrasion utilisant des... cristaux de saphirs. La carte propose pas moins de 48 soins, de la "chorégraphie sensorielle" à 560 euros, pour 1h30 d'attention portée au visage et au corps, à ce que la maison appelle ses "petits bonheurs", soit des focus d'une demi-heure sur une zone particulière à partir de 120 euros. L'établissement accueille aussi la plus grande piscine d'hôtel intérieure de Paris, un large couloir de trente mètres de longueur serti de mosaïques artisanales signées par l'artiste Michael Mayer. Seuls les clients de l'hôtel ainsi que les 75 membres du Club très exclusif Cheval Blanc Paris ont l'autorisation de s'y baigner.