Etat Libre d'Orange. Curieux nom pour une boutique de parfums parisienne. Mais voilà, Etienne de Swardt a beaucoup d'humour et l'ambition d'apporter du divertissement dans la parfumerie. De père flamand, il est né en Afrique du Sud et y a longtemps vécu. C'est donc en l'honneur de ses lointaines racines qu'il a baptisé sa jeune société du nom d'une province sud-africaine. Dans une vie antérieure, Etienne de Swardt a lancé Oh My Dog !, une gamme parfumée pour chiens qui a fait sourire beaucoup de monde mais a connu son petit succès mondial. Aujourd'hui, ce passionné de parfums a envie de bousculer les règles de la parfumerie classique et de la libérer de toutes les contraintes commerciales. Etat Libre d'Orange fonctionne avec la complicité de trois parfumeurs de la société Givaudan. Ils ont reçu un seul mot d'ordre : " Lâchez-vous, amusez-vous, créez en toute liberté en y mettant toutes vos tripes ". Une aubaine pour les jeunes parfumeurs qui, pour une fois, peuvent travailler sans dogmatisme, loin de la logique de la rentabilité avec le seul souci d'honnêteté de la formule. Etienne de Swardt lance des idées, imagine les noms et les histoire...

Etat Libre d'Orange. Curieux nom pour une boutique de parfums parisienne. Mais voilà, Etienne de Swardt a beaucoup d'humour et l'ambition d'apporter du divertissement dans la parfumerie. De père flamand, il est né en Afrique du Sud et y a longtemps vécu. C'est donc en l'honneur de ses lointaines racines qu'il a baptisé sa jeune société du nom d'une province sud-africaine. Dans une vie antérieure, Etienne de Swardt a lancé Oh My Dog !, une gamme parfumée pour chiens qui a fait sourire beaucoup de monde mais a connu son petit succès mondial. Aujourd'hui, ce passionné de parfums a envie de bousculer les règles de la parfumerie classique et de la libérer de toutes les contraintes commerciales. Etat Libre d'Orange fonctionne avec la complicité de trois parfumeurs de la société Givaudan. Ils ont reçu un seul mot d'ordre : " Lâchez-vous, amusez-vous, créez en toute liberté en y mettant toutes vos tripes ". Une aubaine pour les jeunes parfumeurs qui, pour une fois, peuvent travailler sans dogmatisme, loin de la logique de la rentabilité avec le seul souci d'honnêteté de la formule. Etienne de Swardt lance des idées, imagine les noms et les histoires. Les parfumeurs se glissent dans l'histoire et l'interprètent olfactivement. La création la plus insolite ? " Sécrétions Magnifiques ", composée par Antoine Lie. Sa mission consistait à " mettre en odeur l'instant de tension où le désir explose ". La mécanique des fluides se révèle à coups d'aldéhydes, de muscs, de santal et d'accords marins légèrement salés. Provocant et parfois dérangeant, c'est certes un parfum difficile. Curieusement, il est le plus addictif et il s'est rapidement hissé au top des ventes. Comme Antoine Lie aime les parfums qui frappent fort, il a créé aussi " Rien ". Ne vous trompez pas, ce " Rien " est un parfum puissant, envahissant et opulent grâce à ses notes d'encens, de cuir, d'iris, de mousse de chêne, de poivre noir et, en fond, un accord vanillé-opiacé. Vrai parfum de peau, il se porte comme un pull en cachemire. Le charme à l'état pur. " Putain des Palaces ", composé par Nathalie Feisthauer est un fantasme absolu, inspiré par l'ambiance d'un " bordel haut de gamme au début du xxe siècle ". Dans un bouquet de roses, de violettes et de muguet se fondent des notes animales, cuirées et ambrées. On y hume des odeurs de rouge à lèvres et de poudre de riz. Le sillage est bien agréable, voluptueux, enveloppant, sophistiqué et très féminin. Antoine Maisondieu est l'auteur de " Vraie Blonde ". Son inspiration ? Marilyn Monroe qui sonne chez lui un soir, nue sous son vison blanc. Est-ce une vraie blonde ? En tout cas, les accords de champagne, d'ambre gris, de fourrure, de poivre blanc et de daim reflètent admirablement les hanches galbées et la démarche de chatte sensuelle de l'inoubliable star américaine. Antoine Maisondieu a également conçu deux autres " bijoux " : " Jasmin et Cigarette " et " Eloge du traître ". Dans le premier, la transparence du jasmin se mêle à l'arôme, peu exploitée en parfumerie, de la cigarette, mais aussi au foin, au curcuma, à l'ambre et au musc. Le souvenir de Marlene Dietrich, cigarette à la main et volutes brumeuses au fond des yeux ou encore celui de la troublante fumeuse de gitanes de Gainsbourg, n'est pas loin. " Eloge du traître " est un hommage à tous les... Judas : Caïn, César, Samson ou Remus, traîtres sublimes érigés en héros. Pin, laurier, armoise, girofle, géranium, jasmin, patchouli, cuir et musc. Marc-Antoine Corticchiato est corse, passionné d'histoire et de parfums. Docteur en chimie organique, il se lance, dès 2000, dans la création olfactive et planche sur le concept de Parfum d'Empire. Objectif ? Reconstituer, après une étude fouillée et méticuleuse, l'empreinte olfactive de différents Empires qui ont compté dans l'histoire des civilisations. Deux nouvelles sagas - envoûtantes et troublantes, classiques et rares à la fois - viennent compléter la collection. " Iskander " est la traduction perse du prénom d'Alexandre. La fragrance évoque les ambiances olfactives qui régnaient dans le bassin méditerranéen de l'empire grec, environ trois siècles avant Jésus-Christ. Gorgés de soleil, le cédrat, la mandarine et le pamplemousse ouvrent le bal. Puis les accords verts et aromatiques de lentisque et d'estragon sont au rendez-vous et précèdent un fond velouté épaulé de mousse de chêne, de musc et d'ambre gris. Pour la petite histoire, signalons que l'ambre gris était rapporté de l'océan Indien par les armées d'Alexandre. " Cuir Ottoman " évoque le prestige de l'Empire ottoman qui débute au xive siècle et prend fin en 1923, lors de la création de la Turquie nouvelle. La lecture des légendes de Soliman le magnifique, de Schéhérazade et d'Aziyadé a inspiré à Marc-Antoine Corticchiato trois accords. La fragrance s'ouvre dans un accord d'iris, associée à la suavité du jasmin, se déploie dans un magnifique accord de cuir et s'assoupit dans un sillage langoureux de baume de Tolu et de résine de benjoin. " Ambre Précieux " de Maître Parfumeur et Gantier n'est pas vraiment nouveau, mais mérite un petit rappel. Créé en 1989, il est devenu au fil des ans le best-seller de la marque. Rien d'étonnant à cela. Souple et sensuel comme de l'agneau plongé, ce jus est l'une des créations les plus magiques et fascinantes de ces dernières années. Après un bref départ aromatique de myrte et de lavande, un c£ur de noix de muscade et de ciste labdanum incendie l'ambre gris. La chaleur orientale est attisée davantage par le pouvoir sensuel de la vanille. Dans le fond, les baumes de Tolu et du Pérou tempèrent l'ardeur de ce parfum fastueux. Ce chef-d'£uvre de la parfumerie française se glisse dans un nouveau flacon de couleur rubis, admirablement architecturé et coiffé d'un volumineux bouchon d'or. Barbara Witkowska