Quand on franchit le seuil de la résidence parisienne de Christian Astuguevieille, on est aussitôt intrigué. Entre-t-on chez un grand bourgeois de la Ville lumière ? A admirer l'enfilade des pièces, les hauts plafonds, les stucs et moulures de ce bel appartement niché dans un immeuble haussmannien du prestigieux quartier du parc Monceau... Ou est-on chez un aventurier, passionné de civilisations oubliées, qui aurait rapporté de ses lointains voyages...

Quand on franchit le seuil de la résidence parisienne de Christian Astuguevieille, on est aussitôt intrigué. Entre-t-on chez un grand bourgeois de la Ville lumière ? A admirer l'enfilade des pièces, les hauts plafonds, les stucs et moulures de ce bel appartement niché dans un immeuble haussmannien du prestigieux quartier du parc Monceau... Ou est-on chez un aventurier, passionné de civilisations oubliées, qui aurait rapporté de ses lointains voyages des traces émouvantes de peuplades inconnues ? A s'extasier devant le foisonnement ethnique du décoràLa vérité est tout autre. On pénètre dans l'antre merveilleux d'un plasticien, explorateur, non de contrées éloignées, mais de ses émotions les plus intimes. Christian Astuguevieille est un créateur fécond. Il a aussi £uvré - imaginant bijoux et accessoires - pour de prestigieuses maisons de coutureà tout en s'illustrant dans la haute parfumerie. Depuis 1994, il conçoit en effet pour la griffe japonaise Comme des Garçons une signature olfactive en parfaite adéquation avec la mode avant-gardiste de sa fondatrice Rei Kawakubo. Meubles, sculptures, peintures et objets d'art accumulés dans son appartement ? Il les a réalisés en employant des techniques contemporaines, mais avec des matériaux bruts : bois de châtaignier non écorcé, chanvre, raphia, coton écru, cuir, encre, pigments, paille, linà Des éléments humbles mais qui, dans ses mains d'artiste deviennent hyperprécieuses. Détournant les matières de leurs fonctions premières, il crée des objets très poétiques. Opus à connotation rituelle, meubles totémiques, bijoux habités, ludiques et oniriques, totems et divinités anthropomorphes en draps de coton ou de lin, bardés de cordelettes, chimères, sculptures symboliques, stèles et meubles mythiques en corde de chanvre et autres pièces " tactiles "à Sans oublier ces étranges " gonfles " : des petites choses mystérieuses ont été glissées entre une toile monochrome et son support. Les créations de Christian Astuguevieille sont pleines de sensualité aussi. Mais pour percer leur secret, il faudrait savoir décrypter le travail graphique d'écriture imaginaire qui tapisse les murs de l'appartement, et qui remplit même des ouvrages entiers, tirés à un seul exemplaire... nPar Luxproductions. com