Et dire que, jadis, les athlètes allaient nus. Aujourd'hui en revanche, les dieux du stade sont, bien sûr, dûment numérotés mais aussi labellisés, " logotisés " et griffés des plus grands noms du sport et de la mode. Ainsi, afin que leurs performances soient maximales, des marques comme Nike, Reebok ( NDLR : Reebok consacre sa collection d'été à la boxe et au beach-volley), Adidas ou Puma ( NDLR : Puma habille de la tête aux pieds la délégation jamaïcaine pour les JO de 2004) se sont coupés en quatre question technologie, praticabilité et esthétique. Car de l'esthétique, les athlètes du XXIe siècle sont de brillants porte-parole. Nombre d...

Et dire que, jadis, les athlètes allaient nus. Aujourd'hui en revanche, les dieux du stade sont, bien sûr, dûment numérotés mais aussi labellisés, " logotisés " et griffés des plus grands noms du sport et de la mode. Ainsi, afin que leurs performances soient maximales, des marques comme Nike, Reebok ( NDLR : Reebok consacre sa collection d'été à la boxe et au beach-volley), Adidas ou Puma ( NDLR : Puma habille de la tête aux pieds la délégation jamaïcaine pour les JO de 2004) se sont coupés en quatre question technologie, praticabilité et esthétique. Car de l'esthétique, les athlètes du XXIe siècle sont de brillants porte-parole. Nombre d'entre eux posent en effet dans les campagnes de pub des géants de l'habillement sportif, quand ils ne défilent pas carrément sur podium pour les créateurs, à l'instar de la crème des footballeurs chez Dirk Bikkembergs, de la tenniswoman Justine Henin-Hardenne, devenue la nouvelle égérie d'Armani ou, dans la même discipline, des musculeuses s£urs Williams. Fascinés par l'univers de l'effort physique et du dépassement de soi, les maestros de la mode sont donc sur les starting-blocks de l'inspiration. Courtisées par les " beach " accessoires de Dior, les belles naïades pros du surf paradent chez D & G, la ligne " bis " de Dolce & Gabbana qui, elle, assène du " David Beckham " sur tous ses tee-shirts. Chez Ralph Lauren, Tommy Hilfiger, MaxMara, Hussein Chalayan, c'est jeu, set et match pour les ambassadrices de la brique pilée. Sans oublier, of course, la ligne de prêt-à-porter au fameux crocodile de Lacoste, dessinée par Christophe Lemaire. Aux mordues de la petite balle jaune, Chanel propose même, outre des raquettes et des sacs de golf arborant le double C, des sandales qui feraient fureur dans les tribunes de Roland-Garros ou de Wimbledon. La gymnastique, l'une des plus anciennes et des plus nobles disciplines des JO, trouve son illustration allurée chez Celine ainsi que la très pointue Véronique Leroy dont la collection prouve, une fois de plus, que notre compatriote est championne dans sa catégorie. Pour chausser chic les as de la piste, ou du moins ceux qui veulent leur ressembler, Hogan a créé une basket " Olympia " bien aérodynamique et le label espagnol Camper adresse un clin d'£il aux anciens des JO avec ses sandalettes customisées. Du côté des Belges, hormis la footmania de Bikkembergs et la gym glamour de Véronique Leroy, on épingle aussi le travail de Anne Sophie De Campos Resend's qui, en partenariat avec E-5 Mode, s'est chargée, à la demande du COIB, de la garde-robe officielle de nos athlètes. Le mot d'ordre ? Casual chic, formes amples, longueurs modulables et sur-mesure. Du confort et du chien, quoi ! Autre label du plat pays, Kipling fournit à nos sportifs un sac de la ligne Basic et à leurs homologues féminines, un sac à main Raisin : même le singe, mascotte de Kipling, revêt la tenue ad hoc et porte avec fierté le flambeau olympique. N'oublions pas non plus la collaboration entre Olivier Strelli et les Bleus français qui arborent les costumes classe et colorés du créateur belge depuis l'Euro 2004, alors que Giorgio Armani looke avec brio les séduisants garçons de l'équipe nationale italienne de football. Apparemment, sport(s) et mode ont toujours fait bon ménage : à l'occasion des Jeux d'Athènes qui démarrent aujourd'hui et dureront deux semaines, ce sera carrément un mariage... olympien. Marianne Hublet