Angry birds. La petite localité de Clifton, au Royaume-Uni, a récemment défrayé la chronique à cause de l'installation d'un dispositif anti-pigeons sur les branches des arbres bordant Pembroke Road. Due à Hillcrest Estates, qui n'en serait pas à son coup d'essai, l'initiative était destinée à endiguer les désagréments causés par les déjections aviaires sur les carrosseries de cette banlieue cossue de Bristol. A tout hasard, on a envie de rappeler aux propriétaires des berlines visées que les fientes n'abîment la peinture que si elles y adhèrent trop longtemps, qu'ils peuvent donc passer au car wash comme tout le monde, et accessoirement, qu'ils habitent un bout de terre humide où il pleut 340 jours par an. Nul besoin donc de défigurer les environs et d'en chasser les petits oiseaux. Par un facétieux hasard, cette polémique est intervenue durant la semaine du National Robin Day, jour durant lequel l'Angleterre célèbre son volatile favori, le rouge-gorge. Or, cet adorable passereau cache un caractère de pitbull à plumes, individualiste et sans gêne, qui plastronne dans les jardins, où il n'a de cesse d'imposer sa loi avec une bonne dose d'agressivité. Et à la réflexion, on se dit que l'emblème ornithologique britannique n'est finalement pas si mal choisi.