1. Saint-Pétersbourg - Une tour couleur de nuages

A l'embouchure de la Neva, un nouveau quartier d'affaires de 70 ha se dessine à l'horizon 2016. Il a été baptisé Gazprom City, du nom du géant gazier russe à l'origine du projet. La tour en forme de flamme, l'emblème de Gazprom, atteindra 300 m de hauteur et dominera le c£ur historique de Saint-Pétersbourg. L'agence britannique RMJ, qui a remporté le concours, explique : " La nouvelle tour est une composition organique, dont le vitrage reflète les changements du ciel. En fonction de l'heure du jour et du temps qu'il fait, les façades créent des tableaux dynamiques et colorés (or avec le crépuscule, bleus avec la glace, etc.). "
...

A l'embouchure de la Neva, un nouveau quartier d'affaires de 70 ha se dessine à l'horizon 2016. Il a été baptisé Gazprom City, du nom du géant gazier russe à l'origine du projet. La tour en forme de flamme, l'emblème de Gazprom, atteindra 300 m de hauteur et dominera le c£ur historique de Saint-Pétersbourg. L'agence britannique RMJ, qui a remporté le concours, explique : " La nouvelle tour est une composition organique, dont le vitrage reflète les changements du ciel. En fonction de l'heure du jour et du temps qu'il fait, les façades créent des tableaux dynamiques et colorés (or avec le crépuscule, bleus avec la glace, etc.). "Internet : www.rmjm.com Il est attendu pour 2009. Qui ? Le premier gratte-ciel de la ville alimenté en électricité par des panneaux photovoltaïques et des éoliennes. Les ouvertures ovales de sa façade abritent des éoliennes discrètes ou des terrasses. Le building privilégie aussi les matériaux plus écolo, comme le verre recyclé et le bambou. Il accueillera des bureaux, des commerces et 113 logements mis à prix entre 400 000 et 2 millions de dollars l'unité (283 000 et 1,415 million d'euros)... Internet : www.oppenoffice.com D'ici à 2012, le site de la Défense, dans la capitale française, sera doté d'une tour de 300 m de hauteur qualifiée d' " objet organique " par son architecte, l'Américain Thom Mayne (agence Morphosis) qui a remporté le concours de la tour-phare lancé par Unibail, premier propriétaire français d'immobilier commercial. Le building affiche des préoccupations environnementales : des éoliennes sont nichées dans sa coiffe tressée, la ventilation naturelle est assurée grâce à une double peau, la densité du vitrage change entre nord et sud. Les courbes de cette tour posée entre la célèbre Arche de la Défense et le Cnit (Centre des Nouvelles Industries et Technologies) modifieront définitivement la skyline du quartier d'affaires parisien. Le Phare abritera principalement des bureaux sur ses 130 000 m2. En hauteur, réjouissez-vous, restaurants et belvédère seront ouverts au public. Internet : www.morphosis.net Présenté par le cabinet néerlandais Neutelings Riedijk comme une façade " en pointe de diamant, un peu comme un bracelet punk ", ce complexe hôtelier situé Porte de la Villette sera la future icône du nord de Paris. Ce bâtiment de 31 m de hauteur aux allures de pneu métallique chic et hérissé de fenêtres-picots surplombera le périphérique parisien. Il abritera deux hôtels et 600 chambres au total. Son socle, réservé aux commerces et aux parkings, se glissera sous le même périphérique. Internet : www.neutelings-riedijk.com La jeune agence française Beckmann-N'Thépé a imaginé la future bibliothèque universitaire comme une agora minérale dans la Cité Descartes. Ce parallélépipède de béton brut est percé de vitres surdimensionnées qui encadrent le paysage et inondent les salles de lecture de lumière naturelle. Sous la partie haute, un socle plus étroit est destiné à l'accueil du public. Il est accessible par deux petits ponts qui enjambent un morceau de douve et font écho aux vestiges de la ferme de la Haute-Maison dans laquelle s'insère le projet. Toits-terrasses plantés ou gestion des eaux pluviales, la nouvelle bibliothèque respectera les normes environnementales françaises HQE (haute qualité environnementale). Internet : www.b-nt.biz Imaginée en 1965 par Le Corbusier, l'église Saint-Pierre-de-Firminy, dans le département de la Loire, en France, est l'un de ses derniers projets puisqu'il n'a été achevé qu'en 2006 par les architectes José Oubrerie, Aline Duverger et Yves Perret. Le bâtiment part d'un socle presque carré et tend vers le cercle pendant 38 m sans jamais y parvenir, dessinant une sculpture de béton brut à la géométrie inédite. Les planchers eux aussi sont obliques, invitant à une balade dans l'espace. A l'intérieur, c'est une grotte postmoderne qui reçoit la lumière par de rares ouvertures aux couleurs franches et un mur percé de petits carrés qui forment une constellation mystique. L'église complète ainsi le plus grand site d'Europe dessiné par le maître et conçu comme un centre civique. Il comprend une piscine, une maison de la culture et une unité d'habitation. L'inscription du site au patrimoine mondial de l'Unesco est attendue pour 2008. Internet : http://lecorbusier.ville-firminy.fr Sixtine Dubly