Peut-être, avec le temps, avait-il fini par se lasser. Deux ans déjà qu'il la fréquentait régulièrement, cette ligne Amsterdam-Istanbul. Quand on tombe amoureux d'une jeune et jolie Turque... Mais sur ce vol-là, il sentait sans doute un spleen particulier. Pas envie d'engager la conversation avec son voisin. Encore moins de lire. Et puis avec ce plateau " pâtes vertes au poulet, orné d'une feuille un peu molle de salade et, en prime, une pâtisserie enrobée de gelée " sur les genoux, la marge pour bouger était bien étroite. Pas envie de grignoter, encore moins de s'empiffrer... C'est alors q...

Peut-être, avec le temps, avait-il fini par se lasser. Deux ans déjà qu'il la fréquentait régulièrement, cette ligne Amsterdam-Istanbul. Quand on tombe amoureux d'une jeune et jolie Turque... Mais sur ce vol-là, il sentait sans doute un spleen particulier. Pas envie d'engager la conversation avec son voisin. Encore moins de lire. Et puis avec ce plateau " pâtes vertes au poulet, orné d'une feuille un peu molle de salade et, en prime, une pâtisserie enrobée de gelée " sur les genoux, la marge pour bouger était bien étroite. Pas envie de grignoter, encore moins de s'empiffrer... C'est alors qu'une intuition de génie lui traversa l'esprit. Et pourquoi pas le photographier ce plateau, avec l'appareil digital qu'il avait là, sous le siège, juste à portée de main ? Une formidable occasion, enfin, de pouvoir répondre en couleurs, preuve à l'appui, à la question lancinante de sa mère soucieuse de connaître, à chacun de ses retours sur sa terre natale, le sacro-saint menu servi dans l'avion. L'histoire ne dit pas si, entre-temps, Marco't Hart a rompu avec sa petite amie. Mais l'on sait, en revanche, qu'à peine arrivé au bureau, il se jetait sur le net dans l'espoir de dénicher, qui sait ?, d'autres images de plateaux servis par les compagnies aériennes. Coup de chance, il en découvrit pas moins de 20. L'affaire prenait une toute autre tournure. Ainsi, des globe-trotteurs tout aussi dés£uvrés étaient-ils susceptibles de se passionner, au point de l'immortaliser, pour le repas qui leur était offert en l'air ? Et comme Marco s'ennuyait autant à son travail que lors de ses excursions amoureuses, il eut l'idée de créer un site qui serait exclusivement consacré à ces photos-là. Un mystérieux tam-tam a dû faire le reste car aujourd'hui, soit quatre ans plus tard, www.airlinemeals.net est fier d'afficher plus de 10 000 photos de plateaux-repas prises par quelque 2,5 millions de passagers en vadrouille de par le monde. Toujours aussi futé, notre aventurier de la toile a créé, entre-temps, un concours qui épingle chaque semaine " la " photo la plus réussie. Un sacré honneur à côté duquel toutes les médailles et autres distinctions officielles font figure désormais de vulgaires breloques. Vous prenez l'avion demain ? Un conseil, n'oubliez surtout pas votre appareil photo ! Pour l'album de souvenirs de la rentrée, certes. Mais aussi... pour ne pas rater le plateau-repas. Attention, l'exercice est loin d'être simple. Car non seulement il faut trouver, sans importuner les autres voyageurs, le bon cadrage, mais capter, aussi, la lumière la plus flatteuse en jouant avec subtilité, pour autant que vous y ayez accès, avec le store du hublot. Après moult tortillements et contorsions, et à la condition que la scène ne soit troublée par aucun looping ou trou d'air, peut-être aurez-vous réussi un petit chef-d'£uvre, une vraie création. N'oubliez pas de l'envoyer à Marco't Hart ! Rien ne peut lui faire davantage plaisir ! Bonnes vacances à tous ! Christine Laurent