Jusqu'à ce que la révolution arabe vienne changer la donne, le réflexe d'un " last minute " vers l'Egypte était devenu quasi pavlovien chez les personnes en quête de soleil durant les mois d'hiver. Mais en raison des innombrables annulations par les tour-opérateurs (suite à la répression musclée des manifestations), le pays de Toutankhamon a perdu une grande partie de sa superbe auprès des touristes belges, qui sont notamment partis redécouvrir les charmes des îles Canaries... Une situation qui a fait cogiter d'autres pays qui, face à cette " crainte de l'Egypte ", en ont profité pour booster leur offre touristique. Les Emirats sont assurément de ceux-là : ils déploient tous leurs arguments pour mettre en avant les nombreux avantages compétitifs de leurs villes-phares. Dubai, évidemment. Mais aussi, moins connue et donc moins courue, Abu Dhabi, la capitale.
...

Jusqu'à ce que la révolution arabe vienne changer la donne, le réflexe d'un " last minute " vers l'Egypte était devenu quasi pavlovien chez les personnes en quête de soleil durant les mois d'hiver. Mais en raison des innombrables annulations par les tour-opérateurs (suite à la répression musclée des manifestations), le pays de Toutankhamon a perdu une grande partie de sa superbe auprès des touristes belges, qui sont notamment partis redécouvrir les charmes des îles Canaries... Une situation qui a fait cogiter d'autres pays qui, face à cette " crainte de l'Egypte ", en ont profité pour booster leur offre touristique. Les Emirats sont assurément de ceux-là : ils déploient tous leurs arguments pour mettre en avant les nombreux avantages compétitifs de leurs villes-phares. Dubai, évidemment. Mais aussi, moins connue et donc moins courue, Abu Dhabi, la capitale. Quand on débarque pour la première fois à l'aéroport d'Abu Dhabi, le " hub " d'Etihad, on a l'impression d'arriver dans une ruche, tant le terminal grouille de monde, de jour comme de nuit. Mais la plupart des voyageurs ne sont là que pour quelques heures, le temps d'une escale. Du coup, pour ceux dont les Emirats constituent la destination finale, les formalités administratives d'accès au territoire et la récupération des bagages se font assez vite. Ensuite, l'option la plus simple est de louer une voiture pour toute la durée du séjour, du moins si on ne veut pas se contenter d'une formule hôtel/plage/shopping... Et pas de panique : les panneaux de signalisation sont tous bilingues arabe/anglais ! Direction l'hôtel pour y poser les valises et se reposer un peu. Puis, la découverte des plus beaux joyaux de la capitale des Emirats peut commencer... Incontournable, une excursion à la mosquée Sheikh Zayed (du nom du premier président des Emirats, qui en a commandé la construction) en met plein les yeux. Huitième plus importante mosquée au monde, elle impose sa prestance avec 4 minarets de plus de 100 mètres de hauteur, 85 dômes et 1 048 colonnes. Sa structure, tout comme sa vaste cour centrale, sont entièrement recouverts de marbre de Carrare, l'un des plus blancs qui soient, mais aussi l'un des plus chers. L'accès au lieu, qui peut accueillir jusqu'à 40 000 personnes, est gratuit. Petite contrainte vestimentaire usuelle, néanmoins : chaussures interdites et obligation pour les femmes d'être couvertes. Notons que cet édifice religieux constitue l'une des plus belles cartes de visite de Besix, une entreprise de construction... belge ! Autre escale inévitable : l'île de Yas, à trente petites minutes d'Abu Dhabi. A côté de ses yachts de luxe, de son circuit de Formule 1 ultramoderne et de ses innombrables hôtels de haut standing, se déploie notamment le Ferrari World, le parc à thème indoor le plus grand du monde (86 000 m² !) et entièrement dédié à la marque au cheval cabré. Il faut compter au minimum trois heures pour tout découvrir. A ne surtout pas rater : les montagnes russes les plus rapides du globe, sur des bolides qui atteignent les 100 km/h en deux secondes et, un instant plus tard, une vitesse de pointe à 240 km/h ! Un estomac bien accroché est requis pour profiter des sensations de cette attraction à couper le souffle. Pour se remettre de ses émotions, le parc offre plusieurs possibilités. Suggestion : une petite pause gastronomique au restaurant Cavallino, réplique parfaite de l'adresse ouverte en 1984 par Enzo Ferrari lui-même en face de son usine italienne de Maranello... Envie de passer une nuitée dans un endroit de rêve ? L'Emirates Palace n'a rien d'un hôtel comme les autres. Propriété du gouvernement fédéral, il oblige le mot " luxe " à se décliner en superlatifs. Ses jardins verdoyants séduisent d'emblée. Quant à la décoration intérieure du palace, elle est tout simplement exceptionnelle, principalement constituée d'or, de marbre et de cristal. Un petit coin de paradis exploité par la chaîne internationale Kempinski et dont une partie sert aussi de résidence d'apparat pour les invités officiels du pays : Nicolas Sarkozy adorait y descendre, tandis que Tony Blair y a toujours ses habitudes. Un peu plus surprenant : l'édifice accueille des expositions permanentes, libres d'accès, comme celle dévoilant les maquettes des musées du Louvre et du Guggenheim, actuellement en cours de construction sur l'île de Saadiyat (littéralement l'île " des loisirs et de la culture "). Leurs visites constituent un prétexte idéal pour s'aventurer dans le palace, s'y promener et, pourquoi pas, y boire un verre en terrasse... Seule consigne à respecter pour ne pas se faire refouler à l'entrée de cet hôtel prestigieux : on oublie le short et les tongs. A ne pas rater, enfin, aux alentours de la réception, une machine qui ressemble à s'y méprendre à un distributeur de billets, mais qui ne délivre que des... lingots d'or ! Bien entendu, il est presque impossible d'envisager un séjour à Abu Dhabi sans passer par au moins un " mall ", histoire de faire quelques emplettes. Remplis de vitrines luxueuses, ces centres commerciaux sont tous très agréables et offrent un choix aussi abondant que varié. Mais leur atout principal, c'est sans aucun doute l'absence de taxes sur les prix : là-bas, la T.V.A., personne ne sait ce que c'est ! Adresses à privilégier : l'Abu Dhabi Mall et le Marina Mall. Ce dernier, bien qu'éloigné du centre-ville, possède un atout valant le détour : ses environs offrent un panorama unique sur la ville d'Abu Dhabi et ses hauts gratte-ciel. Une image de carte postale qui rappelle la vue de Manhattan depuis les abords de la Statue de la Liberté new-yorkaise. Reste à signaler que, pour les amateurs de bijoux, le Gold Center est un endroit... en or. On y trouve de tout, pour tous les styles, toutes les occasions et à des prix qui se négocient un peu comme dans un souk. Toujours sans taxe et avec la certitude de repartir avec une bonne affaire sous le bras... PAR JEAN-MARC DAMRYL'Emirates Palace est tout simplement exceptionnel, principalement constitué d'or, de marbre et de cristal. L'atout principal des boutiques ? Elles ne connaissent pas la T.V.A.