Le défi était de taille, cela va sans dire. Quand Jurgen Bey est contacté par les nouveaux propriétaires pour mettre au goût du jour cette imposante demeure, située non loin d'Anvers, il se demande dans un premier temps s'il est vraiment possible de conserver l'âme du lieu, tout en lui faisant subir une radicale cure de jouvence ; si l'on peut respecter le caractère bourgeois et guindé de l'endroit en le modernisant de manière draconienne pour qu'il puisse accueillir harmonieusement les collections d'art contemporain du maître des lieux... Erigée au XIXe siècle, la bâtisse est grande, confortable, un peu pompeuse même et entièrement dédiée au besoin d'aff...

Le défi était de taille, cela va sans dire. Quand Jurgen Bey est contacté par les nouveaux propriétaires pour mettre au goût du jour cette imposante demeure, située non loin d'Anvers, il se demande dans un premier temps s'il est vraiment possible de conserver l'âme du lieu, tout en lui faisant subir une radicale cure de jouvence ; si l'on peut respecter le caractère bourgeois et guindé de l'endroit en le modernisant de manière draconienne pour qu'il puisse accueillir harmonieusement les collections d'art contemporain du maître des lieux... Erigée au XIXe siècle, la bâtisse est grande, confortable, un peu pompeuse même et entièrement dédiée au besoin d'afficher la réussite sociale de ceux qui la firent construire. Les volumes, parfaitement adaptés à leur fonction - grands espaces, belles hauteurs sous plafonds, larges pièces de séjour... -, sont difficilement modifiables et il n'est pas question de revoir les ouvertures, immenses, qui laissaient entrer la lumière à profusion et offrent des vues dégagées vers la nature alentour. La structure du bâtiment devant être préservée, seul le décor peut être métamorphosé. Comment ? En y apportant de la couleur, des formes et des matériaux nouveaux. De la vie en somme. Un challenge à la mesure du studio néerlandais Makkink & Bey, reconnu dans le secteur pour son approche conceptuelle et décalée du mobilier et de l'aménagement d'intérieur. Le duo fera par ailleurs appel, pour l'occasion, à des amis designers afin de " recréer un univers d'aujourd'hui dans un cadre ancien, fabriquer en quelque sorte du XXIe siècle à l'intérieur d'une enveloppe vieille de deux cents ans ". Un vrai travail de créateur dont le résultat dépasse toutes les espérances. Le studio Makkink & Bey a deux activités principales : l'architecture et le design. Ses collaborateurs conçoivent donc d'un côté des espaces, de l'autre, des meubles et objets. Dans le cas de cette grande maison, les deux activités ont été réunies. Jurgen Bey a ainsi aussi bien piloté le réagencement des volumes qu'imaginé et assemblé du mobilier, des tissus, des tapis, des papiers peints et de très originaux revêtements de sol, tous dessinés spécialement pour ce projet et réalisés en matière plastique par l'entreprise Senso. Armoires, chaises, tables et luminaires sur mesure ou signés par de grands noms de la scène contemporaine ont naturellement trouvé leur place aux côtés des boiseries, des antiquités d'origine et des marbres anciens - au demeurant rénovés et modernisés - et sont venus apporter nerf et tonus à ces formes mises en place initialement pour profiter du calme champêtre. Parmi les pièces conçues par les copains designers de Jurgen Bey, on retrouve un spectaculaire barHumanoid de Joep van Lieshout, une lumineuse table de salle à manger du studio londonien El Ultimo Grito ou encore des best-sellers des frères Bouroullec. Résultat : les collections d'art contemporain des habitants ont trouvé non seulement un cadre à leur mesure, mais également de la compagnie. Le travail du Studio Makkink & Bey tient en effet davantage de la création artistique véritable que de la prudente mise en scène ou de la simple conception d'espace. Nombre de meubles sont de véritables oeuvres qui enrichissent la vénérable habitation. Un choc des générations, réussi avec maestria. PAR LUXPRODUCTIONS