A moins d'être daltonien ou, mieux, d'avoir passé ses vacances en plein Antarctique, vous n'avez pas pu ignorer que l'été 2004 fut, est et sera encore jaune et vert, tendance drapeau brésilien. Dans les stations balnéaires comme sur les trottoirs des villes, cette combinaison de couleurs éclatantes a fait un véritable smash auprès des jeunes générations. Tee-shirts, jupettes, bikinis, accessoires... La garde-robe s'est subitement prise de sympathie pour le Brésil et les valeurs qu'il véhicule. Pourquoi ? Bonne question. A priori, on pourrait mettre cet engouement vestimentaire sur le c...

A moins d'être daltonien ou, mieux, d'avoir passé ses vacances en plein Antarctique, vous n'avez pas pu ignorer que l'été 2004 fut, est et sera encore jaune et vert, tendance drapeau brésilien. Dans les stations balnéaires comme sur les trottoirs des villes, cette combinaison de couleurs éclatantes a fait un véritable smash auprès des jeunes générations. Tee-shirts, jupettes, bikinis, accessoires... La garde-robe s'est subitement prise de sympathie pour le Brésil et les valeurs qu'il véhicule. Pourquoi ? Bonne question. A priori, on pourrait mettre cet engouement vestimentaire sur le compte du ballon rond puisque le pays de Ronaldo est roi en la matière et que le look maillot de foot a, lui aussi, bien secoué la planète fashion cet été. La faute à l'Euro 2004 ? En partie. Car le problème, c'est que le Brésil ne participait pas à la compétition (logique !) et que cette ferveur étrange remonte à quelques mois déjà. Alors ? Mystère. Même si Nike, Puma, Von Dutch, Paul Smith et d'autres marques ont usé et abusé de ces deux couleurs flashy cet été, on les voit mal se réunir secrètement autour d'une table pour lancer sérieusement : " Bon, qu'est-ce qu'on leur fourguerait bien cet été ? Les sabots ? Non, trop lourds. Les tongs ? Ah ouais ! Et le Brésil ? Je verrais bien le Brésil en arme de séduction massive... Super ! " Degré de fiabilité de cette discussion de l'ombre : nul. Pourtant, toutes ces griffes ont bel et bien succombé au charme brésilien, entraînant même dans leur sillage des géants de la confection comme Zara ou H&M qui a, par exemple, planté le décor de sa campagne de pub estivale sur les plages d'Ipanema. Re-alors ? Ce pays est dans l'air du temps, un point c'est tout. Les bureaux de style l'avaient senti il y a deux ans déjà (juste après la dernière Coupe du Monde remportée par le Brésil, tiens, tiens...) et les grandes marques ont simplement mordu à l'hameçon caché dans les très convoités cahiers de tendances saisonniers. Exotiques et enivrantes, la sensualité et la fausse nonchalance que le Brésil dégage étaient parfaites pour l'été européen. Du coup, c'est tout un univers de mode qui s'est doucement mis en place avec les incontournables tee-shirts jaune et vert (portant si possible l'inscription Brasil), des tongs forcément lascives (un autre hit de l'été emmené notamment par les incontournables Havaianas à fleurs, brésiliennes elles aussi !) et des rythmes de plus en plus électro-samba (signés Arto Lindsay, Cibelle ou encore Elsa do Brasil) sur les dance-floors des nouveaux endroits branchés. Oui, le Brésil séduit et personne ne s'en plaint. Autres indices révélateurs : la Rio Fashion Week retient de plus en plus l'attention des professionnels de la mode et la France s'apprête même à organiser officiellement, sur son territoire, une " Saison du Brésil " de mars à décembre 2005. Bref, un conseil s'impose : gardez au moins vos tee-shirts jaune et vert jusqu'à l'année prochaine... Frédéric Brébant