A l'instar de Londres, Stockholm ou Amsterdam, Bruxelles s'affirme de plus en plus comme une place forte du design en Europe. En témoigne la deuxième édition du festival Design September, l'ex Design Week qui se déroule cette année sur plus de trois semaines. L'occasion, pour une trentaine de créateurs belges d'ouvrir les portes de leurs ateliers au grand public, les 15 et 16 septembre prochain, et de dévoiler, en primeur, les derniers objets nés de leur imagination. Des meubles, des accessoires ou des lampes présentés en primeur lors du dernier salon du meuble de Milan et qui souvent, lorsqu'il s'agit de jeunes designers, cherchent encore un éditeur ou font l'objet d'une autoproduction gérée par l'auteur lui-même.
...

A l'instar de Londres, Stockholm ou Amsterdam, Bruxelles s'affirme de plus en plus comme une place forte du design en Europe. En témoigne la deuxième édition du festival Design September, l'ex Design Week qui se déroule cette année sur plus de trois semaines. L'occasion, pour une trentaine de créateurs belges d'ouvrir les portes de leurs ateliers au grand public, les 15 et 16 septembre prochain, et de dévoiler, en primeur, les derniers objets nés de leur imagination. Des meubles, des accessoires ou des lampes présentés en primeur lors du dernier salon du meuble de Milan et qui souvent, lorsqu'il s'agit de jeunes designers, cherchent encore un éditeur ou font l'objet d'une autoproduction gérée par l'auteur lui-même. Pour vous parler de leur passion, mais aussi mettre en lumière la face cachée d'un secteur de plus en plus prisé, ces nouveaux talents made in Belgium tiendront salon dans leurs murs, pour ceux qui travaillent à Bruxelles. Et pour les autres, dans le cadre d'un showroom éphémère installé au premier étage de la célèbre Villa Empain. Classé depuis le 29 mars dernier, ce joyau de l'architecture Art déco, édifié par Michel Polak dans les années 1930 et racheté par la Fondation Boghossian, ouvrira exceptionnellement ses portes à l'occasion des Journées du Patrimoine qui se déroulent ce même week-end dans la capitale. Une chance unique de pénétrer dans cette bâtisse exceptionnelle avant que ne commencent les travaux de rénovation qui devraient durer plus de deux années. " Participer à ce projet, c'était d'abord saisir la chance d'exposer dans ce lieu mythique, souligne Charlotte Lancelot. Je compte y présenter un nouveau tapis de 10 mètres de longueur qui sera très bien mis en valeur dans cet espace. " Pour cette Bruxelloise qui a déjà pris part à des salons professionnels à Milan, New York ou Cologne, c'est aussi l'occasion de montrer son travail en direct à des acheteurs potentiels. " Mes créations se prêtent bien à de telles rencontres avec le public, ajoute-t-elle. Ce ne sont pas des objets élitistes ou difficiles d'accès. Les réactions sont d'ailleurs très différentes de celles que je peux entendre dans les foires. Les questions sont plus terre à terre, plus en prise avec la vie future du produit. " Quant au céramiste Nicolas Bovesse, il a choisi d'accueillir les curieux dans son propre atelier, d'y mettre en scène les objets aboutis mais aussi les différentes étapes de la conception de ses prototypes. " J'aimerais démystifier le travail du designer, montrer que c'est avant tout de la recherche sur la fonction, la forme et la matière qui ne se passe pas seulement derrière son bureau, insiste ce passionné de céramiques. Mon but n'est pas a priori de vendre ce jour-là mais plutôt d'expliquer ma démarche, de faire ressentir une ambiance de travail. " Pas question de ranger les brouillons, au contraire. " Il faut que l'on sente que cela bouillonne ", précise Nicolas Bovesse. Grâce aux esquisses qui s'entassent en permanence sur le bureau, mais aussi aux maquettes en carton qui permettent de se faire une idée réelle du volume du futur objet. Sans oublier les " ratés ", ces coups d'essais qui font avancer et corriger le tir, et qui seront mis en scène dans l'espace de travail. Michaël Bihain, remarqué à Milan par les " scouts " du célèbre magazine lifestyle " Wallpaper* ", toujours à l'affût de nouveaux talents, voit dans ces portes ouvertes une merveilleuse façon de toujours mieux connaître et percevoir les personnes pour et avec lesquelles il travaille. " C'est une excellente manière de rendre le design plus proche des gens, souligne le créateur qui participe pour la première fois à l'événement. Et pourquoi pas de rencontrer de nouveaux clients ? " Nathalie Dewez et les cinq autres colocataires de l'Atelier A1, à Saint-Gilles, ont pu en faire l'expérience, l'an dernier. " Nous avons réalisé quelques ventes, même si ce n'était pas le but premier, reconnaît la jeune femme qui s'est spécialisée dans la création de luminaires. Mais surtout, nous avons pu expliquer notre travail, dans le concret, entre croquis, essais et prototypes. Nous avons eu beaucoup de visiteurs du quartier, des curieux, intrigués par la vitrine de l'atelier et qui se demandaient ce que l'on pouvait bien faire à l'intérieur, ont pris la peine d'entrer, de se présenter et de discuter avec nous. " Si l'envie vous prend aussi d'aller à la rencontre des jeunes designers belges, la liste complète des participants se retrouve sur le site Internet du festival regroupant l'ensemble des manifestations (1). Design September éditera par ailleurs un plan de Bruxelles reprenant toutes les adresses des ateliers et des lieux au programme de l'édition 2007. Il sera notamment disponible au Design Hub, un café qui sera inauguré pour l'occasion à proximité de la place Flagey. (1) Internet : www.designseptember.beIsabelle Willot