En juillet dernier, quelques mois après l'annonce de la fermeture de Ford Genk, le gouvernement flamand décidait d'apporter une aide de 81 millions d'euros afin de soutenir l'économie limbourgeoise. Une somme qui s'ajoute aux 65 millions d'euros accordés par l'Europe afin de relancer les investissements dans les domaines de l'éducation, du tourisme et de l'industrie des loisirs. Plusieurs projets sont ainsi en développement, dont l'objectif est de prendre forme sur un autre terrain laissé à l'abandon par les exigences de l'économie moderne : les anciennes mines de la région. Plutôt que de les détruire, la ville de Genk a préféré racheter ces vestiges. Avant de poser la question la plus importante : que faire d'un tel héritage ?
...

En juillet dernier, quelques mois après l'annonce de la fermeture de Ford Genk, le gouvernement flamand décidait d'apporter une aide de 81 millions d'euros afin de soutenir l'économie limbourgeoise. Une somme qui s'ajoute aux 65 millions d'euros accordés par l'Europe afin de relancer les investissements dans les domaines de l'éducation, du tourisme et de l'industrie des loisirs. Plusieurs projets sont ainsi en développement, dont l'objectif est de prendre forme sur un autre terrain laissé à l'abandon par les exigences de l'économie moderne : les anciennes mines de la région. Plutôt que de les détruire, la ville de Genk a préféré racheter ces vestiges. Avant de poser la question la plus importante : que faire d'un tel héritage ? Sur le site minier de Winterslag, juste à côté de Genk, on savait que les travaux seraient importants. La métamorphose a commencé en 2001 avec une ambition claire : respecter la beauté et le passé architectural de ce fleuron du patrimoine industriel. Le site est protégé depuis 1993. Jadis, il comptait 45 bâtiments. Aujourd'hui, seuls 11 d'entre eux sont encore debout et ont été classés. C'est là que l'ambitieux centre culturel C-mine a décidé d'établir ses quartiers. " C'est un espace gigantesque, explique la porte-parole. Ici, on peut accueillir 10 000 personnes. Il y a de la place pour la MAD-Faculty, un département de la KHLim (Haute école catholique du Limbourg) et la PHL (Haute Ecole provinciale du Limbourg), qui souhaitait mettre sur pied des projets en rapport avec les médias, les arts et le design, et qui organise ici des cours. Il y a également un complexe cinématographique de dix salles, l'Euroscoop, qui a été inauguré en 2005. A cette place, avant, se trouvait la lampisterie où les mineurs venaient chercher leurs lampes. Seules les façades étaient protégées lorsque le complexe a pris forme. Ce qui n'est pas le cas dans tous les bâtiments, où il faut souvent s'adapter aux contraintes intérieures du lieu. Euroscoop avait donc tout le loisir de faire ce que bon lui semblait. Outre les cinémas, on y trouve un café, un restaurant, une plaine de jeux intérieure et même un complexe sportif... " L'ancien magasin du site abrite, depuis 2011, les ateliers de Pieter Stockmans, un designer mondialement connu qui travaille la porcelaine. Juste à côté, l'artisan a également installé son habitation et son studio. La tâche la plus compliquée ? Ce fut la transformation du bâtiment de production d'énergie, protégé aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les impressionnantes machines d'époque peuvent toujours y être admirées. Du temps de la production de charbon, elles garantissaient le fonctionnement optimal sous terre, en produisant une force motrice, de l'air comprimé et de l'air frais. Aujourd'hui, elles servent de décor au centre d'accueil touristique et culturel, qui comprend deux théâtres, un centre de design, une salle de réception d'une capacité d'un millier de personnes, un espace d'exposition de 450 m2, des salles de conférence, un café et une brasserie. A l'heure actuelle, des travaux ont toujours lieu sur l'ancien bâtiment de la direction du Winterslag. On y trouvera bientôt le C-mine Crib, " crib " signifiant " vivier " en anglais. Il devrait devenir le terreau de créateurs et faire ainsi taire les mauvaises langues prétendant que le Limbourg a cinquante ans de retard... Le C-mine est une preuve évidente que la province a déjà plus d'un pied dans le futur et la culture y reprend ses droits. En tous cas, la lettre " c " de C-mine, elle, entend bien faire honneur à sa signification : créativité ! Heroes of Labour, une exposition d'une centaine de mineurs ukrainiens photographiés par l'artiste russe Gleb Kosorukov. A voir dans la salle d'exposition du Parc Thor de Waterschei. www.c-minecultuurcentrum.beJusqu'au 8 septembre prochain.PAR GRIET SCHRAUWEN / PHOTOS : DIEGO FRANSSENS