C'est une pensée qui se répète et se transmet spontanément au fil du temps, contredisant par là même sa vérité intrinsèque : chaque génération serait plus dégourdie, plus hâtivement au fait des choses de la vie, plus vite mature, en somme, que ne l'était la précédente. Avouons que si nos grands-parents le disaient déjà de nos père et mère, qui à leur tour le clamaient fièrement de nous avant que nous ne récidivions avec notre progéniture, c'est soit que nos aïeux étaient particulièrement lents à la détente, soit que nous aurons tous des génies précoces pour des...

C'est une pensée qui se répète et se transmet spontanément au fil du temps, contredisant par là même sa vérité intrinsèque : chaque génération serait plus dégourdie, plus hâtivement au fait des choses de la vie, plus vite mature, en somme, que ne l'était la précédente. Avouons que si nos grands-parents le disaient déjà de nos père et mère, qui à leur tour le clamaient fièrement de nous avant que nous ne récidivions avec notre progéniture, c'est soit que nos aïeux étaient particulièrement lents à la détente, soit que nous aurons tous des génies précoces pour descendants plus ou moins lointains. Ni l'une ni l'autre des options ne semblant réaliste, il faut bien en déduire qu'il s'agit là d'un constat de vieux cons, sans doute subjugués par la dextérité et la facilité d'apprentissage de leurs successeurs. Et que l'idée que les gamins deviendraient toujours plus malins doit être prise avec du recul. Reste qu'ils n'ont jamais eu un accès aussi aisé à l'information, livrée en vrac par le gigantesque déversoir des nouvelles technologies. Dès lors contraints de se forger une opinion et de raisonner " comme des grands ", ils ne s'amusent plus longtemps des frasques gentillettes de Guignol, rembarrent sans vergogne Casimir dans son île et jugent les héros de la comtesse de Ségur niais. Les institutions du divertissement l'ont compris et proposent désormais des activités décloisonnées, à double lecture, où l'on trouve son compte quel que soit son âge. C'est le cas du récent Vice-Versa, véritable bijou d'intelligence signé Pixar. Ou de l'expo The Art of the Brick qui, après Bruxelles l'an dernier, se tient jusqu'à la fin de ce mois à Paris Expo, porte de Versailles. On peut y admirer Le penseur de Rodin ou la rosace de la cathédrale de Chartres, reproduits à l'aide de milliers de briques Lego - des oeuvres que Nathan Sawaya a conçues pour " faire sourire ou réfléchir petits et grands ". Une philosophie " avec " enfants plutôt que " pour " eux, adoptée également par les parcs de loisirs, qui ne se contentent plus des traditionnels manèges, montagnes russes... et baraques à hamburgers gras et sodas chauds. A Rust, en Allemagne, l'Europa Park affiche ainsi pas moins de cinquante-cinq attractions et presque autant de théâtres, cinémas et salles de spectacles, le tout réparti en treize quartiers évoquant chacun un pays, où il fait bon se promener ensemble. Démarche " globe-trotteuse " similaire pour l'Espagnol PortAventura et son Shambhala Ride, soit une descente vertigineuse de plus de 80 mètres. Des sensations fortes à partager en famille et d'autres, plus douces, comme le yoga ou l'éveil à la pleine conscience, ce numéro Spécial Kids vous en suggère plein. Cap ou pas cap, les adultes ? Delphine KindermansDes activités décloisonnées, à double lecture, où l'on trouve son compte quel que soit son âge.