Elle est bien révolue l'époque où les chefs se cachaient presque honteux derrière les fourneaux. La food mania est passée par là, bouleversant tout sur son passage. Aujourd'hui, malheur au cuistot qui ne montre pas sa fraise. Objectif ? L'ubiquité, façon " le monde est ma cuisine ". Il est vrai qu'à l'heure de Facebook et de Twitter, il y aurait comme un anachronisme à se fermer comme une huître. Du coup, un seul mot d'ordre : occuper le terrain. L'injonction vaut au propre - multiplier les restaurants -, comme au figuré - squatter les médias et les réseaux. C'est d'autant p...