Weekend Le Vif/L'Express : Comment vous est venue cette attirance pour la mode ? Par le cinéma ?

Charlotte Gainsbourg : C'est lors des tournages de " L'Effrontée " (1985) puis de " La Petite Voleuse " (1988), de Claude Miller, et grâce à la costumière Jacqueline Bouchard que j'ai découvert le plaisir de m'habiller. Elle m'a fait porter des vêtements usés, j'ai adoré. Je ne me suis plus vêtue dès lors que de fripes pendant des années. Je ne supportais aucun vêtement neuf, tout était trop raide, sans patine. J'aimais l'idée que d'autres avaient habité mes tenues. Vers 15-16 ans, je passais tous mes week-ends aux puces de Clignancourt à Paris, je n'étais pas du tout branchée mode, mais j'avais une idée précise de ce que je voulais : un style années 1940. J'achetais des petits chemisiers, pas tellement de jupes. J'ai piqué tôt les jeans de ma mère...
...

Charlotte Gainsbourg : C'est lors des tournages de " L'Effrontée " (1985) puis de " La Petite Voleuse " (1988), de Claude Miller, et grâce à la costumière Jacqueline Bouchard que j'ai découvert le plaisir de m'habiller. Elle m'a fait porter des vêtements usés, j'ai adoré. Je ne me suis plus vêtue dès lors que de fripes pendant des années. Je ne supportais aucun vêtement neuf, tout était trop raide, sans patine. J'aimais l'idée que d'autres avaient habité mes tenues. Vers 15-16 ans, je passais tous mes week-ends aux puces de Clignancourt à Paris, je n'étais pas du tout branchée mode, mais j'avais une idée précise de ce que je voulais : un style années 1940. J'achetais des petits chemisiers, pas tellement de jupes. J'ai piqué tôt les jeans de ma mère... Oui. Mais je n'étais pas à l'aise. Aujourd'hui, les filles de cet âge sont bien plus sûres d'elles, elles ont moins de pudeur ! Moi, je faisais très gamine, je n'avais pas de formes... Je ne cherchais pas à me cacher, seulement à me mettre en valeur à ma façon. Pas vraiment en jouant sur la séduction, mais un truc un peu comme ça... J'étais plus à même de me déguiser que maintenant, d'avoir un style un peu emprunté pour un jour. Je ne me considère pas comme une icône. Et encore moins comme une icône de mode... Je ne suis pas une acharnée des défilés et des magazines. Mais ça me flatte de faire des photos avec un grand artiste tel que lui, d'autant plus que nos séances sont très amicales. Mario est un comique ! Il fait le clown pour me détendre, il se ridiculise, il me ridiculise... On ne se prend pas très au sérieux. Plus ou moins, oui. L'équipe est très respectueuse de ce que je suis. Je ne me sens jamais déguisée. De toute façon, quand cela ne me plaît pas, je suis trahie par ma tête toute crispée ! Mon vêtement favori de la prochaine collection est une blouse blanche un poil romantique, avec un très discret petit jabot. Je l'ai gardée après la séance photo. Je suis assez gâtée... J'ai tendance à ne pas changer du tout ! J'ai un style, je n'en sors pas. J'ai eu longtemps un imper Burberry qui me plaisait beaucoup, je pouvais me cacher derrière, c'était mon bouclier. Je l'enfilais sur un jean pattes d'ef avec de vieilles bottines. J'ai porté cette panoplie tous les jours pendant trois-quatre ans et, récemment, je m'en suis un tout petit peu lassée. Mais c'est difficile de trouver une tenue qui me plaise tant et qui m'amuse, aussi ! Jamais. Mais j'ai souvent des envies de robes, des désirs d'allure très féminine, anti-ado. J'en achète chaque saison, je dois en avoir une vingtaine, flambant neuves ! Dans la cabine d'essayage, j'y crois, je me dis que je vais faire l'effort de la mettre, et puis non ( rires) ! Je suis bien obligée de me rendre à l'évidence : par rapport à l'image idéale que j'ai d'une fille en robe, je suis plus androgyne. Donc, ça ne va pas. J'ai l'impression de jouer à la poupée et, finalement, ma poupée est toujours en jean ! Je crois aussi que je ne suis jamais " disponible " dans ma tête pour porter une robe. Je ne me sens pas très libre à Paris. Trop regardée. C'est embarrassant. Alors, j'ai choisi la solution la plus simple : ne pas attirer le regard. Ça me repose ! On choisit à ma place. Souvent, je joue avec mes propres vêtements, comme dans le film de Michel Gondry, " La Science des rêves " (sortie le 16 août prochain). C'est moi et pas moi, mais c'est agréable d'avoir des petits repères, c'est rassurant. Bien sûr, il y a des filles pulpeuses que je trouve sexy. Et il y a aussi des filles plates comme moi que je juge très sexy ! Ça peut se nicher ailleurs que dans la chair : dans une grâce... Kate Moss est fine et pourtant très sexy. Je fais rarement des efforts. Je sors peu de chez moi, je ne suis pas mondaine. Il m'arrive de m'habiller pour un dîner avec Yvan ( NDLR : son mari Yvan Attal). Je peux porter des talons, pas trop hauts, un maquillage léger... Je fais un peu gaffe, mais personne ne doit le remarquer. Je n'aime pas quand on voit les efforts. Je déteste être remarquée. Ce qui ne veut pas dire que je n'ai pas envie de séduire... Mais pour ce que je suis, moi. Non, sauf deux qui ne me quittent jamais : une montre offerte par Yvan et un pendentif en diamants, cadeau de Claude Berri. Je suis bien entourée ! J'aime ses silhouettes modernes, j'ai plaisir à porter ses vêtements qui semblent faits pour des filles longilignes et plates comme moi. Et Nicolas me plaît humainement, il me rassure. Il y a deux mois, je l'ai sollicité pour m'aider à façonner une autre image de moi à l'occasion de mon album, la sortie prochaine de " 5 : 55 " ( NDLR : réalisé avec Air, sortie le 28 août prochain). Pour sortir du trench beige sur jean pattes d'ef. Il m'a conseillé des pantalons très moulants, des slims que j'ai achetés en noir, gris et jean. Je les porte avec des chemises et des petites vestes courtes et cintrées. Je ne veux pas me transformer, je ne suis jamais sûre de mes changements de style, mais je me laisse guider. Oui, c'est un juge assez critique, que j'ai intérêt à écouter si je veux lui plaire un tout petit peu ! Il n'aime pas la vulgarité : les talons trop hauts ou un look trop mode, pas assez simple. C'est pourtant lui qui m'avait demandé de lâcher mon allure d'ado attardée en tee-shirt et baskets ! A l'époque, j'ai fait l'effort de trouver des talons, les fameuses bottines... Audrey Hepburn, c'est l'élégance absolue. La grâce et le raffinement, sans le côté sexy. Marilyn Monroe est, à mes yeux, une image inégalée non pas d'élégance, mais de grâce et de féminité, avec une magie qui lui était propre. Quant à Gena Rowlands, ce n'est ni la grâce ni l'élégance, mais une féminité parfaite doublée d'une fragilité. ( Long silence.) Ma mère, quoique je ne l'associe pas seulement à une image androgyne. Elle a peu de poitrine, mais de vraies fesses de femme. Que je n'ai pas, malheureusement ! Je m'en fous un peu, de l'élégance masculine... Les hommes qui me séduisent ont une beauté qui a trait à la virilité. Pas forcément avec des muscles apparents : la virilité, c'est une forme de violence, mais cachée. C'est le contraire de l'idée du puceau ( rires) ! Je ne suis pas vraiment attirée par le genre grand ado blond, par l'angélisme au masculin. En fait, j'aime une forme de négligence chez l'homme, ou l'apparence de la négligence, en tout cas... Je suis très influencée par l'image de mon père, le côté grisonnant, barbe pas rasée... J'avance en fonction de ça. C'est une référence, un personnage unique avec un style particulier, un négligé étudié qui lui était propre. Oui, mais il n'en tient pas toujours compte. Il porte encore un jean d'ado que je déteste, ou d'affreuses chemisettes qui me hérissent. Je l'aime en pull ras-du-cou, sans rien en dessous, et en chemise à manches longues, vraiment longues ( rires) ! Ma grand-mère de Londres, énormément ! Elle promenait sa silhouette chic dans son quartier de Chelsea. C'était une grande coquette ! J'aurais adoré avoir sa garde-robe, mais je n'ai pas osé fouiller dans ses vêtements après sa mort. Quant à ma grand-mère russe, on ne parlait pas de vêtements ensemble, elle était une mamy déjà âgée lorsque je l'ai connue, avec ses grands chemisiers et ses seins lourds. Elle incarnait pour moi toute la poésie et la mélancolie de la Russie. Elle ne m'a jamais guidée, mais elle est de bon conseil. Quand j'ai un doute, je la sollicite. A ses côtés, j'ai associé la beauté au naturel. Je l'ai tellement entendue dire : " Qu'est-ce que c'était moche, mon maquillage outrancier des années 1960 ! " Kate m'a énormément influencée, car elle s'y connaît vraiment en mode, elle m'offre des vêtements de créateurs à Noël et m'a fait découvrir Helmut Lang, Marni, Dries Van Noten et bon nombre de Japonais. Quant à Lou, elle a un style très personnel, je l'admire beaucoup pour cela. Elle a une excentricité sincère, elle s'amuse. Elle n'est pas complexée par son corps, ça lui permet une grande liberté. J'espère surtout qu'elle sera à l'aise. Cela dit, être complexé n'a pas que des côtés négatifs ! Ce n'est pas un mal d'être discret, d'avoir de la pudeur... Propos recueillis par Katell Pouliquen n