Une maison. Il y a 150 ans, l'atelier de maroquinerie de la maison Louis Vuitton prenait ses quartiers à Asnières-sur-Seine pour profiter des facilités de transport offertes par le fleuve. Depuis lors, y prennent chair les rêves les plus fous d'une clientèle aisée, désireuse de se faire confectionner des pièces uniques, de la valise au bar portable en passant par l'étui à violon. A la tête de ces " commandes spéciales ", vitrines de " L'Excellence du Savoir Faire " ( sic.) qui fait la fierté du malletier français, propriété...

Une maison. Il y a 150 ans, l'atelier de maroquinerie de la maison Louis Vuitton prenait ses quartiers à Asnières-sur-Seine pour profiter des facilités de transport offertes par le fleuve. Depuis lors, y prennent chair les rêves les plus fous d'une clientèle aisée, désireuse de se faire confectionner des pièces uniques, de la valise au bar portable en passant par l'étui à violon. A la tête de ces " commandes spéciales ", vitrines de " L'Excellence du Savoir Faire " ( sic.) qui fait la fierté du malletier français, propriété du groupe LVMH, on trouve encore Patrick-Louis Vuitton, descendant direct de Louis Vuitton (1821-1892). Un concept. Pour fêter l'anniversaire de l'atelier, la marque au monogramme s'associe à un autre anniversaire : celui de la Croix-Rouge fondée à l'issue de la bataille de Solferino, en 1859, par Henry Dunant, banquier suisse indigné par le traitement inhumain des blessés de guerre. Afin d'apporter son soutien à l'organisation humanitaire, Louis Vuitton a choisi six personnalités détentrices d'un savoir-faire correspondant aux valeurs défendues par la maroquinerie. Le chef espagnol Ferran Adrià, l'artiste anglais Damien Hirst (2.), la photographe américaine Annie Leibovitz (3.) (à qui l'on doit par ailleurs les campagnes de pub LV mettant en scène des personnalités telles que Mikhaïl Gorbatchev ou Catherine Deneuve), le guitariste argentin Gustavo Santaolalla, le styliste Marc Jacobs (1.), directeur artistique de l'ensemble des collections Louis Vuitton et Patrick-Louis Vuitton ont tous imaginé la pièce de confection idéale pour leur profession. Résultat : six commandes très spéciales qui seront vendues le 17 novembre chez Sotheby's lors d'une soirée caritative destinée à soutenir le programme contre la malnutrition mis en place par la Croix-Rouge au Nigeria. Une soirée précédée d'une exposition des commandes, du 13 au 17 novembre, dans les locaux londoniens de la maison de vente (34-35, New Bond Street, London W1A 2AA). Une déclinaison. A quoi ont donc rêvé nos altruistes commanditaires ? Ferran Adrià, le chef du restaurant elBulli, a imaginé un trolley en Damier Graphite compartimenté pour séparer ses effets personnels de ses ustensiles de cuisine. Patrick-Louis Vuitton, passionné d'aquarelle s'offre un attaché-case fonctionnant comme une mallette à dessin. Gustavo Santaoalalla range sa guitare dans un étui noir en cuir Nomade (7.). Damien Hirst revisite l'armoire de chirurgien pour en faire une sorte de secrétaire portable (6.). Annie Leibovitz se fend d'un sac à dos et d'un sac à bandoulière de reporter simples et élégants (3. et 4.). Quant à Marc Jacobs, il a pensé à une petite cage monogrammée qui puisse accueillir ses deux pit-bulls (5.)à Baudouin Galler