RUDY RICCIOTTI À LIÈGE vs ZAHA HADID À ANVERS RUDY RICCIOTTI À LIÈGE LE LIEU

Situé sur une " île " reliée au quartier des Guillemins, et donc à la fameuse gare de Santiago Calatrava, par une passerelle piétonne et cyclable, en cours de finition, le centre d'art La Boverie a réinvesti le grand palais de l'expo universelle de 1905. En prime, il s'est vu adjoindre un volume tout de verre vêtu, signé par l'architecte varois Rudy Ricciotti, auteur du Mucem, à Marseille, en association avec le bureau local pHD...

Situé sur une " île " reliée au quartier des Guillemins, et donc à la fameuse gare de Santiago Calatrava, par une passerelle piétonne et cyclable, en cours de finition, le centre d'art La Boverie a réinvesti le grand palais de l'expo universelle de 1905. En prime, il s'est vu adjoindre un volume tout de verre vêtu, signé par l'architecte varois Rudy Ricciotti, auteur du Mucem, à Marseille, en association avec le bureau local pHD. " Je ne souhaitais pas prendre en otage le bâtiment existant. J'ai eu beaucoup de pudeur, comme on respecte un ancêtre ", commente lui-même le concepteur. Au rez, la Boverie accueillera la collection permanente du musée des beaux-arts de Liège, qui ferme ses portes. L'étage sera réservé aux expos temporaires. Un partenariat avec le Louvre permettra d'organiser des accrochages avec cette institution et de bénéficier de son expérience en matière de scénographie et d'animations. Le 5 mai prochain, l'expo inaugurale En plein air, consacrée aux oeuvres sur ce thème, de la période impressionniste à nos jours et conçue avec le musée parisien, lancera la programmation de ce pôle culturel. Implantée au Kattendijkdok, là où se trouvait déjà une ancienne caserne de pompiers classée, occupée par les services techniques, la nouvelle Maison du port offre une vue imprenable à la fois sur la ville et l'Escaut. Zaha Hadid, diva planétaire de l'art de bâtir, a imaginé un majestueux volume qui chevauche l'édifice originel et prend son envol, fiché sur un pied en béton cachant les circulations. La peau de ce " navire " est formée de triangles de verre orientés de diverses façons, ce qui crée un jeu de reflets rappelant le fleuron local qu'est le commerce des diamants. Le mastodonte, qui jongle habilement avec le passé et le présent, devrait héberger 500 employés et permettre ainsi à la société du port d'Anvers de rassembler tous ses services sous un même toit. Le chantier sera achevé en septembre prochain, dotant la métropole d'un nouvel ouvrage signé par un grand architecte, après le palais de justice du Britannique Richard Rogers et l'emblématique Museum aan de Stroom du bureau néerlandais de renom Neutelings. F.BY.