C'était au festival Rock Werchter, en 2008. Dimanche matin, premier concert de la journée après trois nuits d'apéros marathons. Quelques grappes de zombies émergent sous un soleil sadique. Puis déboulent deux ados sur la Main Stage. Un grand échevelé, frêles épaules sous veston slim, denim usé et sneakers couleur poussière. Suivi d'un blondinet trapu, un gamin. En trois coups de cuillère à riffs, le son monte, prend son envol, et vire au Red Bull pour foule abîmée. L'atmos...

C'était au festival Rock Werchter, en 2008. Dimanche matin, premier concert de la journée après trois nuits d'apéros marathons. Quelques grappes de zombies émergent sous un soleil sadique. Puis déboulent deux ados sur la Main Stage. Un grand échevelé, frêles épaules sous veston slim, denim usé et sneakers couleur poussière. Suivi d'un blondinet trapu, un gamin. En trois coups de cuillère à riffs, le son monte, prend son envol, et vire au Red Bull pour foule abîmée. L'atmosphère est garage, sans fioritures, sans joliesse, c'est brut de décoffrage, ça ressemble à un ciel bas et lourd auquel on aurait ôté la réputation déprimante. Une énergie drue et entêtante que Jan Paternoster (20 ans), à la guitare et au chant et Dries Van Dijck (18 ans), à la batterie, prêchent à nouveau dans Silver Threats (Bang/Pias), un album tout frais tout brûlant qui va emmener le binôme en tournée, du Plat pays (1) à l'Espagne, de la Grande-Bretagne à la France - où, le 17 avril au Zénith de Paris, ils ouvriront, excusez du peu, la tournée d'Iggy " iguane " Pop et des Stooges. Avant leur départ sur les routes d'Europe et des Etats-Unis, nous avons donc sauté sur le créneau promo du groupe pour monter un shooting de mode un peu différent, surtout pas trop léché, presque cru. Pour le coup, le k-nal, nouveau haut lieu de la night bruxelloise, était l'endroit tout trouvé. Avec ses larges baies donnant à Bruxelles des airs du Meatpacking district de New York (dixit le photographe Wouter Vandenbrink et le styliste Pedro Dias) et son rez-de-chaussée ceinturé d'un mur de bois brut, la touche underground raccord avec l'esthétique du groupe ne faisait pas défaut. Comment ça s'est passé ? Au poil. Les deux copains (ils se sont rencontrés chez les scouts à Dilbeek) se sont pointés à l'heure, mine commode et nonchalante. Passées les quelques minutes de distance d'usage, se sont détendus, ont déconné suffisamment pour éviter l'ennui, ont kiffé leur " look de cow-boy " D&G et sont repartis mains dans les poches, pieds vissés à la terre, avec la dégaine naturelle de ceux qui n'ont pas besoin de se la ramener pour habiller leur talent. n (1) Le 26 mars aux Pias Nites à Tour & Taxis à Bruxelles, le 20 avril au Trix à Anvers, le 21 avril à l'Escalier à Liège, le 27 avril au Vooruit à Gand, le 28 avril au Het Depot à Louvain. Retrouvez la vidéo making of sur WEEKEND.BEPar Baudouin Galler