Un collectif, deux filles, deux villes. L'une à Berlin, l'autre à Bruxelles, station Chapelle. Lucie Kostmann là-bas, Emilie Duval ici. Par facilités spatio-temporelles, on n'a rencontré que celle-ci, porte-parole de leur projet commun, nommé iukbox, maison d'édition d'objets contemporains, toujours très sûrement décalés, empreints d'humour et forcément exclusifs. Emilie connaît la chanson - des études d'histoire de l'art à Rennes, un master en " métier de l'exposition ", spécialisation art contemporain, une expérience vivifiante au Pavillon français lors de la Biennale de Venise, année 2005, avec Annette Messager en invitée d'honneur. Il y a pire comme écolage.
...

Un collectif, deux filles, deux villes. L'une à Berlin, l'autre à Bruxelles, station Chapelle. Lucie Kostmann là-bas, Emilie Duval ici. Par facilités spatio-temporelles, on n'a rencontré que celle-ci, porte-parole de leur projet commun, nommé iukbox, maison d'édition d'objets contemporains, toujours très sûrement décalés, empreints d'humour et forcément exclusifs. Emilie connaît la chanson - des études d'histoire de l'art à Rennes, un master en " métier de l'exposition ", spécialisation art contemporain, une expérience vivifiante au Pavillon français lors de la Biennale de Venise, année 2005, avec Annette Messager en invitée d'honneur. Il y a pire comme écolage. Depuis juillet dernier, iukbox s'est offert un siège, une galerie, un pignon sur rue, en coloc', avec les architectes de adn architectures et les graphistes de cataloged.cc. Le décor dehors ? Une grande et belle vitrine, dans les Marolles, avec store déroulé - Tokyo by night, ses buildings, ses alignements de fenêtres, ses ciels obscurs, un trompe-l'£il, baptisé Better View, découpé au cutter avec amour par Elina Aalto, designeuse finlandaise dénichée à New York. Le décor dedans ? Un ex-comptoir du vin début de XXe siècle, aujourd'hui classé. Cent mètres carrés, deux plantes vertes, un bureau de huit mètres de long qui enserre des piliers laissés dans leur jus, une étagère et quelques chaises, heureux mélange d'Ikea et de design estonien, tout ça avec un parti pris de blanc, " pour sa simplicité, sa neutralité ". Un lieu pluridisciplinaire et décloisonné à partager - trois entités artistiques, soit trois fois plus d'idées, trois fois plus d'énergie, c'est mathématique. Et économique. Et générationnel. À l'image du cheptel d'artistes de iukbox, une dizaine, choisis " sans critères finalement " si ce n'est " le coup de c£ur " mais toujours à la croisée du design et de l'art contemporain. Ils sont français, norvégiens, islandais, canadiens, anglais ou tchèques, inventent avec des accents d'insolence ou de poésie des utilitaires qui pourraient, parfois, être muséaux. Et inscrivent leur création, série limitée ou pièce unique, dans " un display ", en " une collection intemporelle conçue comme une exposition autour d'un imaginaire artistique ". Dans cette galerie (en ligne), on trouve donc en exclusivité des stores avec vue, du papier peint, de la gravure érotique sur couverts en Inox, des bijoux artisanaux. " Éditer des gens dont on aime le travail et qui ont envie de collaborer avec nous ", l'argument du c£ur, mâtiné de préoccupations sociétales - " On a la volonté de faire produire en Europe. On n'a pas choisi la simplicité ni la facilité, mais on essaie d'être respectueuses quant aux matériaux choisis, aux fournisseurs, à l'empreinte écologique. " Surtout ne pas faire du design " au sens commun du terme ", " aller plus loin ". Ce qui revient, par exemple, à éditer L'Urinoire. Avec un e, ce n'est pas une faute d'orthographe, pour la simple et bonne raison qu'il est destiné aux femmes, s'appelle aussi un pisse debout, est proche de l'art féministe et parfois lesbien, beaucoup utilisé en Amérique du Nord, peu connu en Europe et pas forcément abordé dans le design. Il est en céramique, avec goutte d'or, c'est un objet de luxe, signé Virginie Jourdain, qui aime très certainement Marcel Duchamp. " J'ai adoré la proposition, fait Emilie. Je l'ai trouvée drôle et originale : elle arrive à croiser le design, l'objet utilitaire et artistique. A priori, on ne sait pas à quoi cela sert : un pose-couvert ? Une cuillère chinoise ? En même temps, c'est un objet engagé, militant, un vrai propos politique. " De l'art d'être une boîte alternative. iukbox, 54, rue des Tanneurs, à 1000 Bruxelles. Du 19 au 28 novembre, de 11 à 19 heures, boutique éphémère à la galerie avec les bijoux Titlee. www.iukbox.com Anne-Françoise MoysonNe pas faire du design au sens commun du terme, aller plus loin.