Van Cleef & Arpels met en scène Ballet Précieux, une somptueuse collection de joaillerie (environ 80 pièces) dessinée autour de quatre thèmes : le ballet, l'émeraude, le rubis et le diamant, inspirée du ballet Jewels, créé en 1967 à New York par George Balanchine (1904-1983).
...

Van Cleef & Arpels met en scène Ballet Précieux, une somptueuse collection de joaillerie (environ 80 pièces) dessinée autour de quatre thèmes : le ballet, l'émeraude, le rubis et le diamant, inspirée du ballet Jewels, créé en 1967 à New York par George Balanchine (1904-1983). La collection. La danse est l'un des codes du joaillier. Ballet Précieux renoue avec la tradition du clip Ballerine. Une silhouette gracieuse en or blanc poli, toujours en mouvement, dévoile un visage en diamant taille rose et déploie un long tutu, tissé de pierres précieuses. Dans le thème Emeraudes, le vert de la pierre, qu'il soit pâle ou profond, évoque le renouveau du printemps, l'espoir et l'espérance. En guest star, ce collier Sacre du Printemps composé de 705 émeraudes boules, perles fines et diamants. Considéré comme la pierre la plus précieuse, le rubis est sublimé notamment dans le collier Quadrille où sa taille généreuse en cabochon contraste avec la finesse des pampilles serties de diamants. La splendide parure Lac des Cygnes est la pièce phare du thème Diamants. Une rivière de 80 diamants blancs de tailles rose, brillant et baguette se déploie délicatement comme les ailes de l'oiseau altier. Motifs d'oreilles assortis. L'histoire. Au début des années 1960, à New York, George Balanchine, " scotché " devant les vitrines de la boutique Van Cleef & Arpels, ne se lasse pas d'admirer l'éclat des pierres. Son assiduité attire l'attention de Claude Arpels. Il sort de la boutique, les hommes se présentent. Le joaillier est passionné par la danse. Le chorégraphe, fasciné par les joyaux, conclut cette complicité naissante en s'exclamant : " Devant vos vitrines, j'ai compris que les émeraudes étaient pour Fauré, les rubis pour Stravinsky et les diamants pour Tchaïkovski. Cela formera un ballet qui s'appellera Jewels ! L'inspirateur. De son vrai nom Gueorgi Balanchivadze (c'est Diaghilev qui simplifiera plus tard son nom), Balanchine fait ses premiers pas de danse à l'école impériale de théâtre et de ballet de Saint-Pétersbourg. Danseur, puis chorégraphe des Ballets russes de Monte-Carlo, il rêve d'introduire le ballet contemporain aux Etats-Unis. Ce rêve s'accomplira en 1948, avec la création du New York City Ballet. Représenté pour la première fois en 1967 à New York, le ballet Jewels fut repris à de très nombreuses reprises par les compagnies les plus prestigieuses et, tout récemment, par le Royal Ballet of London. Barbara Witkowska