S'il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark, ce n'est certainement pas lui - et pour cause, il a été incinéré, comme le stipulaient ses dernières volontés. Lui, c'est Henri de Laborde de Monpezat, époux girondin de Margrethe ii, que l'histoir...

S'il y a quelque chose de pourri au royaume de Danemark, ce n'est certainement pas lui - et pour cause, il a été incinéré, comme le stipulaient ses dernières volontés. Lui, c'est Henri de Laborde de Monpezat, époux girondin de Margrethe ii, que l'histoire retiendra peut-être sous le surnom " Le Mesquin ". Pas vraiment issu de la noblesse malgré son nom à rallonge, le jeune Henri était devenu Son Altesse royale le prince Henrik de Danemark, après avoir abandonné sa religion et sa nationalité en 1967. Las ! Il ne sera jamais que prince consort et non roi, une " inégalité " insurmontable, preuve à ses yeux que sa reine lui manque de respect. Pour ne rien arranger, ça coince un peu avec ses sujets, qui le jugent arrogant et mettent de longues années à l'accepter, tandis qu'il ne cache en rien son déplaisir. Rancunier jusque dans la tombe, Henrik avait donc annoncé l'été dernier qu'il briserait une tradition vieille d'un demi-millénaire en refusant d'être inhumé dans la nécropole de la famille royale pour y attendre sa Margrethe. Des dispositions confirmées par le palais qui, beau joueur, respecta la teneur du testament, et dispersa scrupuleusement une moitié des cendres dans la Baltique et l'autre dans les jardins du palais de Fredensborg. Quel fair-play.