En mai dernier, Sotheby's dévoilait le Sunrise Ruby, un rubis birman rouge sang de 25 carats d'une beauté phénoménale, monté par Cartier sur une bague, entre deux diamants de 2,4 et 2,7 carats. L'objet a finalement été acquis pour plus de 28 millions d'euros par une personne restée anonyme. " C'est bien au-delà du prix estimé et quatre fois plus qu'il y a dix ans ", note Arnaud Carrez, directeur international du département marketing et communication de ce temple du luxe. Pour lui, ce chiffre record résulte de l'incroyable travail fourni par la griffe : " Nous souhaitons proposer des pièces osées et créatives, être avant-gardistes et repousser les limites. Mais nous cherchons par ailleurs à concevoir un héritage intemporel possédant une valeur à long terme. Si ces deux objectifs peuvent sembler opposés, nous continuons pourtant d'atteindre des sommes d'adjudication toujours plus élevées et notre département Haute joaillerie ne cesse de croître. J'ai par conséquent le sentiment que nous sommes parvenus à combiner modernité et intemporalité, esthétisme et valeur. " Deux constats découlent de cette vente aux enchères exceptionnelle : les pierres précie...

En mai dernier, Sotheby's dévoilait le Sunrise Ruby, un rubis birman rouge sang de 25 carats d'une beauté phénoménale, monté par Cartier sur une bague, entre deux diamants de 2,4 et 2,7 carats. L'objet a finalement été acquis pour plus de 28 millions d'euros par une personne restée anonyme. " C'est bien au-delà du prix estimé et quatre fois plus qu'il y a dix ans ", note Arnaud Carrez, directeur international du département marketing et communication de ce temple du luxe. Pour lui, ce chiffre record résulte de l'incroyable travail fourni par la griffe : " Nous souhaitons proposer des pièces osées et créatives, être avant-gardistes et repousser les limites. Mais nous cherchons par ailleurs à concevoir un héritage intemporel possédant une valeur à long terme. Si ces deux objectifs peuvent sembler opposés, nous continuons pourtant d'atteindre des sommes d'adjudication toujours plus élevées et notre département Haute joaillerie ne cesse de croître. J'ai par conséquent le sentiment que nous sommes parvenus à combiner modernité et intemporalité, esthétisme et valeur. " Deux constats découlent de cette vente aux enchères exceptionnelle : les pierres précieuses et les bijoux sont désormais considérés comme de véritables investissements et les clients se montrent plus que jamais intéressés par les diamants, leurs goûts ayant fortement évolué ces derniers temps. Lors des présentations des collections, les acteurs du secteur ont à coeur de faire découvrir à leurs acquéreurs et leurs invités des lieux uniques. C'est en effet au musée océanographique de Monaco et en présence du Prince Albert que Van Cleef & Arpels a dernièrement présenté sa nouvelle collection. A l'occasion de ses fiançailles avec la Princesse Charlene en 2011, le Prince Albert lui avait offert un collier, qui se porte aussi en diadème, signé par cette maison. Cette pièce fut d'ailleurs le point de départ de l'actuelle collection Océan, qui se compose de cent vingt créations. Boucheron a, de son côté, choisi un véritable palais indien - et Gaj Singh II, le dernier maharaja de Jodhpur - pour exhiber la ligne Bleu de Jodhpur. Quant à la griffe Louis Vuitton, elle a jeté son dévolu sur la Casa Malaparte, perchée au sommet d'une falaise de 32 mètres de hauteur, sur l'île de Capri, et uniquement accessible par bateau ou à pied, après une heure et demie de marche. C'est dans cette villa moderniste appartenant à l'écrivain et correspondant de guerre Curzio Malaparte qu'a été présentée la collection Acte V-The Escape. Chaumet a, lui, gâté ses invités en les menant en hélicoptère de Paris au château de Fontainebleau, où ceux-ci ont eu l'occasion d'admirer le boudoir turc récemment rénové de l'impératrice Joséphine - le lieu idéal pour présenter les quarante-cinq pièces composant la collection Joséphine. Cartier, enfin, a opté pour la propriété privée Le Domaine des Oliviers, au Cap d'Antibes - près de Cannes -, pour dévoiler sa ligne Etourdissant. S'en est suivi un repas au sein de la dernière résidence de Picasso, la Villa Minotaure, entièrement aménagée par le Belge Axel Vervoordt. Les rumeurs disent d'ailleurs que ce dernier serait le mystérieux propriétaire ayant mis en vente l'édifice pour plus de 205 millions d'euros. Une chose est sûre : la haute joaillerierequiert un cadre enchanteur." Cartier est une entreprise mythique, souligne Arnaud Carrez. Chacun de nos gestes doit contribuer à la légende. Si le savoir-faire technique et l'expertise sont primordiaux, nous sommes en parallèle de véritables narrateurs. " Le fil rouge de la collection Etourdissant ? La couleur et le mouvement. Même si, selon la directrice artistique de Cartier, Jacqueline Karachi, les pierres précieuses forment toujours le point de départ. Ces dernières sont sa passion et une source d'inspiration intarissable. " C'est comme se promener le long de la mer : impossible de s'ennuyer. Mais, en toute honnêteté, il est vrai que si j'étais amenée à travailler en permanence avec les mêmes variétés, comme par exemple des diamants de tonalité et de taille identiques, je finirais sans doute par me lasser. Heureusement, la monotonie n'est pas à l'ordre du jour chez nous ", assure-t-elle. La collection révélée récemment se compose de mille et une gemmes et couleurs. Le rouge du rubis, le corail et le bleu du saphir, le noir du jaspe et l'arc-en-ciel de diamants mais aussi les accents teintés de l'opale, la tanzanite, la chrysoprase, l'onyx et le grenat. Lors de la présentation de cette ligne, des dizaines d'autocollants très discrets s'affichent dans les vitrines, notifiant les pièces déjà vendues. La pénurie de clients n'est donc pas d'actualité, même si Arnaud Carrez ne s'étend pas sur le sujet. " La Russie, le Moyen-Orient et la Chine représentent des marchés très fructueux pour nous mais l'Europe n'est pas en reste. Nous travaillons de façon classique, par le biais de rendez-vous personnels. Même s'il nous est déjà arrivé de vendre une pièce d'un million d'euros sur Whatsapp. Le potentiel actuel est énorme. Parler de " période dorée " n'est pas excessif. Notre département Haute joaillerie est essentiel pour le maintien du savoir-faire et pour notre image, mais en même temps la réalité économique rend la collection très rentable. " Soixante des six cents créations de cette gamme sont neuves mais cadrent parfaitement avec celles du passé. " Cartier est un langage, explique Jacqueline Karachi. Je suis en mesure de dire à mes collaborateurs lorsqu'une pièce est typiquement de la maison et lorsqu'elle ne l'est pas. Tout est une question d'équilibre, d'harmonie et d'emploi bien spécifique des pierres. La référence au passé est inéluctable même si le client n'en a pas nécessairement conscience. Nous aimons la continuité. Nous n'avons pas de charte, le style de la griffe est dans nos coeurs et nos âmes. " PAR LENE KEMPS