Lire aussi pages 13 à 24.
...

Lire aussi pages 13 à 24.U ne fois n'est pas coutume, cette année, le soleil avait rendez-vous avec le design au Salon international du meuble de Milan. Les bouches de la station de métro Amendola Fiera crachaient donc des milliers de visiteurs particulièrement souriants et enthousiastes de découvrir les nouveautés présentées par les 1 900 exposants répartis sur les quelque 197 000 m2 de ce gigantesque site. Vingt-six pavillons de plusieurs étages, des stands, grands et petits, de larges allées, des recoins un peu perdus, des escalators, des passerelles à perte de vue, une foule cosmopolite et bruyante... L'ambiance était plutôt survoltée dans ce décor digne de l'inoubliable " Métropolis " de Fritz Lang. Cela sans compter le Salon Satellite où plus de 400 jeunes designers présentaient leurs derniers projets et les centaines d'événements et d'expositions " off " se déroulant dans les showrooms des éditeurs de mobilier contemporain les plus pointus du moment. C'est que le design reste une activité essentielle en Italie. Les designers proviennent peut-être des quatre coins de la planète mais les maisons d'édition, elles, restent bien italiennes. Si l'année 2003 a été plutôt morose en termes de ventes, le millésime 2004 s'annonce sous de meilleurs auspices. " Les premiers signes d'une reprise se manifestent déjà, explique Manlio Armellini, managing director du Cosmit, la société qui organise le Salon du meuble. On s'attend à une forte croissance du secteur du design et du mobilier contemporain au niveau mondial. Selon le rapport World Furniture 2004 réalisé par les spécialistes de l'industrie, les ventes vont connaître une forte croissance dans les pays membres du G7. " Espérons que ce contexte économique plus favorable encouragera les fabricants de meubles à prendre plus de risques au niveau de la création pour les années futures. Les meubles du millésime 2004 avaient beau être élégants et bien pensés, force est de constater que la fantaisie et l'originalité n'étaient pas toujours au rendez-vous sur les stands. Après la débauche de créations déjantées des années 2000 à 2002, le rationnel prend le pas sur l'émotionnel. Une tendance amorcée en 2003 qui semble se concrétiser. A défaut de créer de nouveaux modèles, on décline ceux des années précédentes dans de nouvelles versions. On propose de nouveaux coloris, de nouveaux revêtements... Parfois, aussi, on retouche des petits détails pour améliorer le confort. Bien sûr, l'innovation et la fantaisie ne sont pas absentes de la scène mais elles apparaissent en pointillé, par petites touches subtiles. Lignes limpides, fusion des styles, transparences, polyvalence et nomadisme tel semble être le credo des designers d'aujourd'hui. En avant-première, Weekend vous propose de découvrir leurs créations les plus marquantes. Un dossier de Serge Lvoff