MOVE DE MESSIKA : LA DANSE DES DIAMANTS

Lorsque Valérie, fille du célèbre diamantaire parisien André Messika, dessine le premier modèle de la gamme Move en 2004, personne ne se doute encore du succès que ses créations aux diamants mobiles vont rencontrer dix ans plus tard. " En fait, je m'amusais surtout à imaginer de petits bijoux pour moi et mes amies. Les réactions positives m'ont ensuite encouragée à lancer mon propre label en 2005 ", confie la jeune femme. Peu de temps auparavant, elle a participé à un concours organisé par De Beers Diamond Trading Company. " L'épreuve consistait à dessiner une pièce à trois diamants sur la base de l'un des plus anciens concepts de la joaillerie : l'amour d'hier, d'aujourd'hui et de demain ", se souvient-elle. Elle conçoit à cette occasion un bracelet muni d'une sorte de " cage " contenant un trio de diamants. Fière de cette oeuvre originale, elle décide en 2007 de développer une gamme plus étendue autour de la même idée. Alors que les parures en diamants sont traditionnellement plutôt formelles, Valérie Messika veut donner à sa collection un caractère plus décontracté. Elle choisit donc d'emprisonner les trois pierres dans un ovale en métal noble de même largeur, ce qui leur permet de se déplacer au gré des mouvements de celle qui les porte. La collection se décline aujourd'hui en une multitude de variantes, des bracelets aux bagues en passant par les boucles d'oreilles et colliers à un ou trois brillants. L'inspiration de Valérie semble inépuisable.
...