Il y a tout juste vingt ans, lorsqu'elle créait sa maison éponyme, Stella McCartney promettait de ne jamais utiliser de peau, plumes ou fourrures dans ses créations. Ce n'est pas près de changer. En témoigne sa si...

Il y a tout juste vingt ans, lorsqu'elle créait sa maison éponyme, Stella McCartney promettait de ne jamais utiliser de peau, plumes ou fourrures dans ses créations. Ce n'est pas près de changer. En témoigne sa silhouette fabriquée à partir de mycelium - l'appareil végétatif du fungus, plus communément appelé " blanc de champignon " -, présentée en mars dernier. Indisponibles à la vente, ce bustier et ce pantalon incarnent pourtant tout le potentiel de cette alternative végétalienne au cuir, durable et recyclable à l'infini. Un pas plus loin a été franchi en septembre puisque le Mylo?, imaginé en collaboration avec la start-up américaine Bolt Threads, pare désormais le sac Frayme, présenté lors du défilé pour l'été 22. Un exemple parmi tant d'autres qui prouve que bien-être animal et respect de l'environnement s'affirment comme des tendances de fond dans l'industrie. " Ce que vous voyez sur ce catwalk aujourd'hui est l'industrie de la mode éco-consciente de demain ", a affirmé la créatrice britannique. Le futur de la mode sera végan ou ne sera pas.